Girondins : Ultras, Paulo Sousa, Oudin, projet… Les réponses de Longuépée

false

Frédéric Longuépée, le président des Girondins de Bordeaux, a accordé une longue interview à Canal Plus.

Visage de King Street depuis la prise de contrôle du club, Frédéric Longuépée cristallise beaucoup de tensions autour des Girondins. Sur Canal Plus, il a donné sa version.

A lire aussi : Tous les articles sur les Girondins

Sur les résultats

« On a eu différentes opportunités pour être Top 5 régulièrement. A nous d’être plus réguliers et d’être performants, de confirmer. »

L’ambition d’affirmer l’identité du club

« Si vous parlez d’affluence, on enregistre 24000 spectateurs par match contre 21000 donc on progresse. Ca prend du temps. Ce stade doit vivre sa propre vie. On doit pouvoir se l’approprier. On travaille pour en faire la maison des Girondins, créer un engouement. On essaie d’ancrer le club aussi bien dans sa région qu’à l’international. »

Les Ultras n’auront pas sa démission

« La situation est tendue avec les Ultras, mais pas avec les supporters de manière générale. Les Ultras sont essentiels, ils font partie de l’ame de ce club. Leurs demandes ? Pour être très franc avec vous, je ne sais pas. Les sujets qui sont exprimés, en l’occurrence ma démission, j’ai déjà répondu à ce sujet, je ne démissionnerai pas. On a le droit de tout dire à condition que ça se passe dans le respect de chacun. Le dialogue pourra s’installer. »

Paulo Sousa a été recadré

« L’avantage de Paulo, c’est qu’il dit ce qu’il pense. Paulo, dans le flot des questions d’une interview récente, a pu sortir de son champ de compétence. Dès qu’un coach s’exprime dans un sujet qui a trait à l’institution, il est important qu’on puisse aligner les discours. Je crois que c’est le cas dans n’importe quel club. Je l’ai vu, je lui ai expliqué et je pense qu’il a compris. Des problèmes ? De mon côté non en tout cas. »

Oudin, le prix juste à 10 millions

« C’est le prix pour un joueur dont on estime le potentiel élevé. En dehors du PSG, qui peut acheter un joueur confirmé 80-100 millions ? Nous souhaitons nous concentrer sur l’équipe et la formation puisque c’est la star de demain. »

Un projet sur la durée

« King Street ? Quand on investit 110 millions c’est qu’on y croit et qu’on est là sur la durée. »

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014