FC Nantes : comment Villas-Boas a permis à Rongier de prendre son envol à l’OM
Rongier et Villas-Boas à l'OMCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert

FC Nantes : comment Villas-Boas a permis à Rongier de prendre son envol à l’OM

Arrivé à l’OM à l’été 2019 en provenance du FC Nantes, Valentin Rongier (25 ans) a sorti un gros match contre les Canaris samedi (3-1). De quoi confirmer son nouveau statut à Marseille ?

André Villas-Boas à assisté à la même évidence que nous : Valentin Rongier a réalisé un match plein samedi lors de la victoire de l’OM contre le FC Nantes (3-1). 

« C’est peut-être son meilleur match à l’OM, a estimé l’entraîneur de l’OM en conférence de presse. Il a tiré, il a fait une “assist”, il était partout, dans la couverture, dans les duels, c’était le meilleur, oui, je pense. Il a fait un match impressionnant, je lui ai dit à la fin. » En réalité, on a pleinement retrouvé le Rongier taille patron de son époque nantaise. Non pas que le milieu de 25 ans ne l’avait jamais été depuis son arrivée à l’OM, mais parce qu’il a été cette fois-ci sur toute la durée d’un match. Avec des statistiques à la clé.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DE L'OM

Rongier a évolué plus bas que Cuisance

Cela n’a rien d’étonnant quand on se penche sur sa nouvelle place sur le rectangle vert. Son association avec Boubacar Kamara, positionnée un cran plus bas que Michaël Cuisance, a permis à l’ancien Canari de rayonner dans la simplicité. « On les a mis à côté avec Bouba pour donner un peu plus de liberté au dix, que ce soit Sanson contre Porto ou Cuisance face à Nantes, a poursuivi AVB. Rongier soutient cette créativité offensive. »

 

Villas-Boas adore sa simplicité

L’Équipe fait également le point sur l’affection que le coach de l’OM porte à l’ancien capitaine des Canaris. « Pour l’entraîneur marseillais, Rongier est un joueur précieux parce qu’il joue simple et qu’il est sérieux sur les basiques : il est celui qui veille à l’équilibre entre les lignes, qui évite au bloc de trop s’étirer, qui colmate les brèches. Celui aussi qui symbolise le mieux sa stratégie de pressing haut et agressif », peut-on ainsi lire dans le quotidien sportif. Une confirmation de ce qui avait été décelé au sein de son club formateur.