par julien.perez

LOSC - EXCLU Dayan : « Michel Seydoux était vraiment inquiet »

Ancien président du LOSC (2000-2001), Luc Dayan est resté proche du club lillois et de Michel Seydoux.

Pour But Football Club, il livre ses impressions sur l’actualité des Dogues, bien relancés après un début de saison délicat.

Luc Dayan, le LOSC va jouer une finale de la Coupe de la Ligue et s’est replacé au 7e rang de L1. Que cela vous inspire-t-il ? Je suis sincèrement très content de revoir le LOSC dans la première moitié du classement. J’ai discuté avec Michel Seydoux il y a environ un mois et demi et je l’ai vu vraiment inquiet par rapport à la saison en cours. Là, il a retrouvé le sourire et il a raison : Lille est sauvé de la relégation et a tout ce qu’il faut désormais pour réaliser une bonne fin de saison.

Pourtant, tout semblait compliqué à mi-championnat...Oui, mais Lille fait partie de ces nombreux clubs comme Bordeaux ou Saint-Étienne qui sont dans une équation économique compliquée. Ce qui peut rejaillir sur le reste. La forte concurrence du PSG ou de l’AS Monaco a fait mal à ces équipes à qui on demande d’allier performances sportives, beau jeu et cohérence économique. C’est vraiment compliqué.

Sportivement, selon vous, quel a été le véritable déclic de la saison lilloise ?Indéniablement, le changement d’entraîneur a été décisif. Cela ne veut pas dire que l’ancien (Hervé Renard) était moins bon que l’actuel (Frédéric Antonetti) mais il faut reconnaître qu’il y a une différence sur le terrain et dans les résultats. Sur le terrain, en terme d’effectif, le LOSC ne s’en sort d’ailleurs pas si mal.

La gestion dite « a minima » de Michel Seydoux a pourtant été pointée du doigt...C’est vrai, mais il faut bien comprendre que depuis une dizaine d’années, la position des présidents et actionnaires des clubs français n’est pas simple. A Lille, il a ainsi fallu rebâtir un groupe sportif après les vagues de départs successifs en 2011 et dans ces cas-là, ça vacille toujours. Là, ça repart donc on dit que Michel a fait des bons choix, mais les risques sont majeurs chaque année.

A terme, Michel Seydoux peut-il rester le vrai patron du LOSC ? Michel a déjà soutenu le club financièrement mais la situation est compliquée, comme dans beaucoup d’autres clubs en France. Injecter plusieurs millions d’euros, c’est déjà énorme. Le système n’est pas régulé. Personnellement, je suis très inquiet car les vrais investisseurs dans le football français, c’est à dire des personnes qui attendent un retour sur investissement, il n’y en a plus. C’est fini.

BA