LOSC, Girondins : Gérard Lopez démonte les accusations lilloises le concernant
Gérard LopezCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
MISE AU POINT

LOSC, Girondins : Gérard Lopez démonte les accusations lilloises le concernant

Régulièrement pointé du doigt par son remplaçant au LOSC Olivier Létang, Gérard Lopez ne compte plus se laisser traîner dans la boue sans rien dire...

Zapping But! Football Club Top 10 : les contrats de sponsoring maillots les plus lucratifs

Régulièrement pointé du doigt par Olivier Létang qui dénonce sa gestion du LOSC, Gérard Lopez, le nouveau boss des Girondins de Bordeaux, s'est défendu hier sur RMC dans l'émission Rothen s'enflamme.

Il dément avoir laissé le club en cessation de paiement...

L'homme d'affaires hispano-luxembourgeois a démenti le fait que Lille était en cessation de paiement quand Elliott l'a poussé à vendre à Merlyn Partners : « La cessation de paiement signifie que les salaires n’auraient pas été versés alors que ce n’était pas le cas. Vous avez également un échéancier en terme de remboursement et avant mon départ, elle avait été repoussée jusqu’au mois de janvier car il y allait avoir potentiellement des ventes au mercato hivernal. Il n’y aurait donc pas eu de problèmes comme évoqués. Le LOSC est aussi l’un des seuls gros clubs en France à n’avoir pas fait de prêt garanti par l’Etat au contraire de l’OM, OL, etc. Nous avions tout remboursé que ce soient notamment l’immobilier et les transferts. J’ai été évincé parce que l’échéance de décembre n’avait pas été respectée, et donc repoussée, mais ça n’a rien à voir avec ce qui m’est reproché ».

… Et les accusations autour du deal Osimhen à Naples

Autre attaque dont Gérard Lopez a souhaité se défendre : le fait d'avoir fait fondre l'indemnité de transfert de Victor Osimhen (transféré à Naples) en la diluant sur de multiples commissions. « Aucun intermédiaire n’a été payé. Le prix de vente était de 71,3 millions d’euros + 10 millions de bonus. Il y avait également un intéressement du club belge où il était passé avant le LOSC (le RSC Charleroi) de 8 ou 9 millions d’euros. Le club a vraiment touché l’entièreté de la vente de Victor Osimhen, pas en une fois évidemment, mais par échelon comme toujours ».

Gérard Lopez démonte les accusations

Non Gérard Lopez n'a pas laissé le LOSC dans une situation de cessation de paiement. Non, l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois ne s'est pas servi du deal Osimhen pour rétribuer ses intermédiaires... Le boss des Girondins se défend !