par julien.perez

LOSC : les 3 choses à retenir de la grande première d’Antonetti

Pour sa première sur le banc du LOSC, Frédéric Antonetti a mordu la poussière à Angers et doit déjà apprendre à être relégable (2-0).

Décryptage de ses grands débuts en trois points. 

Un 4-3-3 de départ avec des idées

Après avoir réfléchi à instaurer un 4-2-3-1, Frédéric Antonetti a finalement décidé d’asseoir un 4-3-3 avec quelques idées nouvelles par rapport à Hervé Renard. Ainsi, Éric Bauthéac était aligné un cran plus haut, au poste de milieu gauche, tandis que Marvin Martin évoluait en meneur de jeu et Junior Tallo était l’attaquant de pointe finalement choisi par l’entraîneur corse. Ces changements n’ont finalement pas porté leurs fruits malgré une éclaircie après le repos.

Des carences coupables sur les coups de pied arrêtés

Si Hervé Renard a pu se targuer d’avoir donné au LOSC l’une des meilleurs défenses de Ligue 1 avant son départ, la prise de pouvoir d’Antonetti commence plutôt mal. Son équipe a en effet montré des signes de fébrilité dans le domaine des coups de pied arrêtés, encaissant deux buts coup sur coup sur cette phase à cause de mauvais placements et de libertés au marquage. Des carences rédhibitoires à ce niveau, surtout devant les tours de contrôle angevines.

Une animation offensive « statique »

L’idée d’envoyer du jeu sur le papier était louable mais la pratique a différé de la théorie. A Angers, les maux repérés avec Renard ont ainsi été les mêmes avec une animation offensive quasi-inexistante pendant la majeure partie du match. En résumé, il ne s’est presque rien passé dans les 25 derniers mètres, que ce soit avec les latéraux ou les milieux offensifs. L’animation était plate, très latérale, avec de longs ballons inexploitables. Une statistique parlante : 9 tirs (contre 12 au SCO) et un seul cadré. Le retour de Sofiane Boufal semble déjà urgent.

Pour résumer

Pour sa première sur le banc du LOSC, Frédéric Antonetti a mordu la poussière à Angers et apprend déjà à être relégable (2-0).

julien.perez
Rédacteur
julien.perez