par Bastien Aubert

LOSC : les 4 raisons de la défaite des Dogues à Dijon (0-1)

Longtemps en supériorité numérique à Dijon, le LOSC a pourtant mordu la poussière. Voici les enseignements à tirer de cette énième défaite des Dogues à l’extérieur.

Les attaquants du LOSC encore peu saignants

C’est une constante cette saison au LOSC : les attaquants peinent loin de leur stade Pierre-Mauroy. Ce dimanche, Victor Osimhen et ses coéquipiers l’ont encore démontré en excellant dans leur faculté à ne pas lever la tête au bon moment. L’attaquant nigérian a notamment oublié Araujo avant la pause. 

À dix, Dijon a continué à jouer

Dijon fait partie de ses équipes qui ont été capables de battre le PSG cette saison. Portée vers l’avant, l’équipe bourguignonne n’a pas renié ses principes lorsqu’Arial Mendy a été exclu pour un pied haut sur Luiz Araujo (21e). Au contraire, les Dijonnais ont redoublé d’efforts et ont trouvé la faille grâce à Julio Tavares (47e). Dans les cages, Alfred Gomis a aussi fait du bon travail.

Renato Sanches de retour sur Terre

Excellent dans la dernière ligne droite de l’année écoulée, Renato Sanches n’a pas encore retrouvé cette aura en 2020. Le milieu portugais, plus souvent à gauche pour laisser Araujo à droite, a même été transparent en première période. L’expulsion de Boubakary Soumaré, après l’heure de jeu, n’a rien arrangé à son manque d’impact offensif. 

Le coaching offensif de Galtier n’a rien changé

Christophe Galtier est le genre d’entraîneurs qui ne comprend pas comment son équipe peut encaisser un but à onze contre dix... et ne pas en marquer. C’est pour cela qu’il a fait entrer Loïc Rémy et Jonathan Bamba respectivement à la place de Xeka (61e) et Domagoj Bradaric (79e) en seconde période. Malgré cette envie de revenir à la marque, ses efforts sont restés vains.