FC Metz – OL (0-2) : les enseignements du succès précieux des Gones avant la Juventus

true

L’OL, à quelques jours de son choc face à la Juventus Turin, a réussi à obtenir un succès important contre le FC Metz (2-0).

Denayer et Dembélé, les tauliers…

Rudi Garcia, faute d’avoir vu son équipe totalement maîtriser son jeu, a pu compter sur ses cadres pour s’imposer en terre messine. D’un côté, Moussa Dembélé, qui aura eu les nerfs solides pour transformer le penalty de l’ouverture du score. Le numéro 9 n’était pas le premier tireur lyonnais, a vu Maxwell Cornet échouer avant que l’arbitre ne donne le penalty à retirer… et n’a donc pas tremblé. Une solidité mentale également valable à l’autre bout du terrain. Jason Denayer, par ailleurs à l’origine du penalty, a livré une grosse prestation de bout en bout. Dans un système à trois défenseurs parfois bancal, le défenseur belge a brillé avec un très bon placement et des interventions précieuses.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OL

… et quelques frayeurs avant la Juventus ?

Dans les heures qui viennent, on devrait rapidement en savoir plus sur leurs états physiques, mais la manière dont Denayer et Dembélé ont fini le match peut susciter quelques inquiétudes. Le défenseur belge a terminé la rencontre en boitant bas après s’être fait marcher sur la cheville par un Messin. Moussa Dembélé a lui quitté la partie de manière prématurée en se sacrifiant juste avant le deuxième but des siens. Semblant souffrir du genou, le numéro 9 lyonnais est également sorti en boitant. Pas très rassurant à cinq jours d’affronter la Juventus Turin.

Guimaraes discret, Toko-Ekambi remuant

Rudi Garcia, pour ce déplacement à Metz, avait choisi de titulariser ses deux recrues de l’hiver. Karl Toko-Ekambi, qui a déjà quelques automatismes avec ses nouveaux partenaires, a une nouvelle fois montré une belle activité. Manquant de précision dans le dernier geste, il reste néanmoins une arme précieuse pour dynamiter une défense adverse. Quant à Bruno Guimaraes, sa première comme titulaire aura été plutôt discrète. Dans une formation lyonnaise qui n’a pas franchement maîtrisé le ballon, le Brésilien a souvent été « sauté » alors qu’il réclamait le cuir pour organiser le jeu. Sa technique semble en tout cas évidente, à lui désormais d’obtenir la confiance de ses partenaires pour qu’ils lui confient plus régulièrement la conduite du jeu.

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014