OL : Aulas remis en place après sa sortie sur les finances de l’OM

true

Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, ne s’est pas privé de pointer du doigt les finances de l’OM qui se dirige vers l’Europe.

Voyant que l’OM file droit vers la Ligue des champions alors que rien n’est fait pour l’OL, Jean-Michel Aulas l’a visiblement mauvaise. Le président lyonnais, conscient que la situation financière du club marseillais reste fragile, ne s’est pas privé de la pointer du doigt.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OL

« Si les Marseillais devaient terminer devant Lyon, ils devront respecter les règles du fair-play financier pour pouvoir jouer la Ligue des Champions. Là, ils sont complètement en dehors des clous du fair-play financier, avec la bénédiction de la DNCG » , a lâché le président lyonnais cette semaine.

Seulement, la prédiction d’Aulas ne trouve pas d’écho chez un spécialiste des finances dans le football. L’économiste Pierre Rondeau, sur son compte Twitter, a expliqué pourquoi l’OM n’avait pas grand chose à craindre en cas de deuxième place. « Cette petite phrase d’Aulas dans la presse peut être vraie ou fausse, ça dépend comment on la prend. Il faut rappeler que l’OM d’Eyraud a passé un accord de règlement avec l’UEFA pour le fair-play financier. Il stipule qu’ils doivent respecter un déficit maximum autorisé de 30 ME à l’issue de cette saison. Donc entre les 90 ME de déficit actuellement et les 30 ME à présenter en juin 2020, il faut trouver 60 ME. Et là, Aulas fait une erreur. Car Marseille peut trouver cette somme-là. Avec les Droits TV. Si Marseille termine deuxième, ils passeraient de 46 ME de Droits TV à 51 ME d’abord. Puis avec la Ligue des Champions, ce serait 15 ME de participation, plus un market-pool de 25 ME. Au total, ça ferait déjà 45 ME. L’OM devrait alors trouver 15 ME. Pour ça, il y aura peut-être la Coupe de France, les ventes de joueurs ou la réduction de la masse salariale. Donc à ce niveau-là, il serait improbable que Marseille soit exclu de la Ligue des Champions pour non-respect du fair-play financier, car l’OM trouvera les 60 ME manquants. Aulas ne prendra pas la place de l’OM », a assuré l’économiste.

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014