OL – Dijon FCO (0-0) : Rudi Garcia optimiste malgré tout

false

Déçu par le résultat du match contre le DFCO (0-0), le nouvel entraîneur de l’OL, Rudi Garcia, l’était beaucoup moins par le contenu et l’allant de son équipe.

Ce qu’il a pensé de la partie

« Si on avait joué tout le match comme la seconde période, on l’aurait emporté. Il nous a juste manqué ce but qui nous aurait permis de gagner, et, à mon avis, qui aurait ouvert d’autres possibilités. En première période, c’était un peu poussif, je ne nous ai pas trouvés très bien, on a été un peu en mode  »diesel ». Ça a été aussi beaucoup mieux quand j’ai monté Houssem Aouar et que j’ai changé le système de jeu, du 4-3-3 en 4-2-3-1 offensif et 4-4-2 défensif. Ça nous a permis de presser beaucoup plus haut et de ne pas laisser cette équipe de Dijon jouer. Quand on est chez nous, on doit priver l’adversaire de ballons, c’est ce qu’on a fait en seconde période. »

« On a des stats qui montrent qu’on a eu beaucoup d’occasions, on a beaucoup tiré au but, et, au niveau du nombre de tirs cadrés, ce n’est pas si mal que cela. On a eu plein de corners, on a centré plein de fois, peut-être de manière stéréotypée parce qu’il n’y a eu que Moussa (Dembélé) qui a été capable de combattre avec les géants dijonnais dans l’axe. Lui aurait mérité de marquer, ça c’est sûr. On a peut-être manqué un peu d’agressivité devant le but. Mais ça se travaille. Il faut un peu plus de coordination des déplacements. Mais honnêtement la seconde mi-temps devait nous permettre de l’emporter. L’équipe l’aurait archi-mérité. Si on rejoue ce match dix fois, on le gagne neuf fois. Le contenu est bon, surtout la seconde période. Il faut absolument positiver parce que les joueurs ont besoin de ça. »

La fébrilité en début de match

« Je ne sais pas si c’était de la fébrilité, ou si elle n’était pas si bien que cela sur le plan athlétique, ou si on n’avait pas encore bien assimilé notre animation défensive en 4-3-3. On devait jouer plus haut, aller aider Moussa. Mais les joueurs ont fini avec les chaussures toutes blanches parce qu’ils ont joué à la médiane pendant tout le match et c’est bien, c’est une preuve de courage. On n’a pas tout réussi mais la seconde période aurait dû nous permettre de gagner. »

L’accueil glacial des supporters

« Comme je le disais avant le match, on préfère tous être bien accueillis, positivement, et appréciés, mais ce n’est pas l’important. L’essentiel, c’est que les joueurs aient été soutenus tout le match, ce qui a été le cas. Après, si ça ne convient pas en termes de résultats ou en termes de contenu, c’est normal que le public manifeste son mécontentement. On ne pouvait pas finir plus offensifs, je n’avais plus d’attaquants sur le banc (après les entrées de Cherki et Traoré). J’aurais bien aimé que ça se décante sur la fin, mais il y avait toujours un pied, Gomis (le gardien de Dijon). Bravo à Dijon. »

R.N.