OL : Jean-Michel Aulas chiffre le préjudice et attaque les instances !
par butfootballclub

OL : Jean-Michel Aulas chiffre le préjudice et attaque les instances !

Dans la lignée du communiqué de l'OL, Jean-Michel Aulas a annoncé qu'il y aurait des suites à l'annonce de la LFP de clore la saison comme ça.

Quelques heures après l'annonce de la LFP d'entériner les classements de Ligue 1 et de Ligue 2 et de laisser son OL à la 7e place et probablement non européen, Jean-Michel Aulas ne décolère pas. Après avoir publié un communiqué, le président rhodanien est revenu, pour "l'AFP" et le "Progrès", sur les recours qu'il compte déposer.

L'OL va demander des dommages et intérêts

Pour lui, les critères choisis ne sont pas les bons. « Le choix de la Ligue de retenir ce critère de classement choisi par la FFF qui n'attribuait pas de titre de champion (dans le cas des championnats amateur). On voit que ce classement n'est pas logique. Je ne veux pas attaquer un club plus qu'un autre mais Nice (5e) a plus joué que nous à domicile et n'a affronté qu'une fois le PSG et Lyon deux. Ce n'est pas une décision sans conséquence, comme pour les amateurs. Il y a des enjeux considérables. Dans les dix dernières années, l'OL a comblé au moins trois fois son retard sur le deuxième alors qu'il avait plus de dix points de retard. C'est une perte de chance très importante, valorisée (financièrement). On va la réclamer sous forme de dommages et intérêts, qui se chiffrent en plusieurs dizaines de millions d'euros », a-t-il ajouté.

L'histoire d'amour avec Le Graët, c'est du passé !

Et JMA a également tiré à vue sur certains de ses ex alliés. Noël Le Graët (président de la FFF) en tête. « La gouvernance de la Ligue a vécu avec cette crise. Il faudra que Noël Le Graët en tire les conséquences en tant que président de la Fédération française. La gestion a été mal faite. Il y a eu des décisions mal bordées. La relation avec les diffuseurs a été étonnante. La gouvernance dans cet épisode a été discutable, la quasi-totalité des présidents le pense. Il y a probablement des enjeux différents. Il y a un certain nombre de choses qui n'auraient pas dû se passer et nous n'en resterons pas là. »