OL : Koné, le réveil de l’Etalon

Tombé au quatrième rang de la hiérarchie des défenseurs centraux derrière Dejan Lovren, Milan Bisevac et Samuel Umtiti, Bakary Koné s’est parfaitement relancé… Au point de redevenir un titulaire potentiel aux yeux de Rémi Garde. Histoire d’une renaissance.

C’est un joueur que l’OL ne voulait plus vraiment. Que la direction rhodanienne avait même cherché à vendre dans les pays de l’Est jusqu’à la fermeture du marché à la toute fin du mois de février. Il faut dire qu’avant la CAN 2013 dont il était l’un des héros, Bakary Koné était enfermé dans une cave sans lumière. Avec aucune perspective réelle d’en sortir. Sportivement en dessous de ses rivaux sur l’année 2012, le Burkinabé a souffert. Dans un premier temps de la bonne entente serbo-croate. Puis de l’éclosion définitive de Samuel Umtiti.

« Je n’ai jamais remarqué un signe de découragement »

Pour avoir connu la même galère dans un couloir, Mouhamadou Dabo salue le « courage » de son coéquipier : « Il a vécu des moments difficiles mais malgré tout, je n’ai jamais remarqué un signe de découragement. Il est là, il ne parle pas, travaille… La réussite est au bout de l’effort et quand on est patient comme lui, on sera toujours récompensé. Je le félicite pour ça. » La patience de Koné a pris la forme d’un séjour d’un mois et demi en Afrique du Sud où le « Général Bako » a retrouvé la joie de jouer et le plaisir de bien défendre.

Garde est satisfait de lui

Finaliste de la compétition, l’ancien Guingampais figurait même dans l’équipe-type africaine. Pourtant, de retour dans la Capitale des Gaules, sa situation reste désespérément figée. « Il n’a pas eu la chance de pouvoir enchaîner ici parce que l’équipe tournait. Mais il a su répondre présent quand l’équipe a fait appel à lui. Simplement parce qu’il était préparé physiquement et mentalement à le faire. Aujourd’hui, il donne de bonnes réponses dans les matchs et dans l’état d’esprit qu’il insuffle dans le groupe », commente Rémi Garde, pas mécontent du coup de poker qu’il a dû réaliser face à Toulouse en relançant le Burkinabé, qui n’avait plus débuté un match depuis l’élimination d’Epinal début janvier.

Sept points sur neuf en sa présence

Dans un premier temps, le retour de Koné s’est fait à reculons. Par la force des choses puisque face au Téfécé, Rémi Garde devait composer avec la suspension de Bisevac et la blessure (sanction ?) de Lovren : « Bako a eu la chance de pouvoir reprendre le flambeau »,commente le coach rhodanien. Le terme « chance » n’est pas galvaudé même si, derrière, le Burkinabé a fait ce qu’il fallait pour s’imposer à un nouveau. Un but important face à Toulouse, une prestation correcte à Montpellier et un bon match face à l’ASSE où il est passé proche de donner la victoire aux siens sur le dernier corner… Coïncidence ou réelle performance, toujours est-il que son bon retour marque le réveil de l’OL dans le sprint final. Un retour au premier plan qui demande confirmation. Dès demain à Nancy.

Alexandre CORBOZ, à Tola Vologe