OL : quand Jean-Michel Aulas prend la défense des Ultras

Le président de l’OL, Jean-Michel Aulas, s’est exprimé sur les problèmes de racisme et d’homophobie dans les stades de football.

En marge de l’assemblée générale de l’Association européenne des clubs à Genève, ce mardi, le président de l’OL, Jean-Michel Aulas, a été questionné sur les interruptions systématiques des rencontres en L1 en cas de banderoles ou chants injurieux. Et comme c’est souvent le cas, le patron des Gones s’est montré conciliant envers les ultras, invitant tout le monde à faire preuve d’intelligence dans ce dossier sensible.

« Des interruptions ? Oui, mais avec modération. Autrement, ce sera un jouet utilisé par des groupes de supporters qui, indépendamment de l’identité de leurs clubs veulent faire respecter un certain nombre de règles ou de droits qui passent au-dessus de l’identité de leur propre club. »

« Noël (Le Graët) a voulu montrer que nos supporters sont aussi des citoyens comme tout le monde et quand on prend un certain nombre de décisions qui concernent exclusivement les stades, c’est probablement un peu trop contraignant pour l’organisation du football. On est confronté à la quadrature du cercle : faire en sorte qu’il n’y ait pas d’excès incroyables à gérer, mais aussi faire respecter un certain nombre de libertés, on va dire un certain nombre de traditions populaires que l’on retrouve dans les stades. »

« On arrive globalement à se protéger d’excès gravissimes. Quand les excès, en particulier sur le plan du racisme, dépassent un certain nombre de règles, on a toujours trouvé des solutions pour sanctionner. »

R.N.