OL – Stade Rennais (0-2) : les 4 explications de la déroute lyonnaise

OL – Stade Rennais (0-2) : les 4 explications de la déroute lyonnaise

Surprise au Groupama Stadium ce mercredi soir : l’Olympique Lyonnais a flanché face au Stade Rennais (0-2, buts de Ben Arfa et Siebatcheu). Autopsie d’une rechute inattendue.

La VAR est aussi là pour ça… Malheureusement pour l’OL

Ce mercredi soir, Johan Hamel a choisi de siffler un penalty après un tacle de Mexer sur Bertrand Traoré dans la surface de réparation (5e). Alerté par l’arbitre à vidéo, le référé a pris le temps de revoir les images avant d’invalider la sanction, estimant le tacle du stoppeur breton licite. Une décision qui semblait logique, Mexer prenant d’abord le ballon avant de déséquilibrer le Burkinabé. Au moins, on ne pourra pas dire que l’arbitrage était pro-Lyonnais…

La blessure de Tanguy Ndombélé, le tournant

L’OL a réalisé un bon début de match face à Rennes. Comme à son habitude, Tanguy Ndombélé maîtrisait l’entrejeu. Malheureusement, sur un contact anodin avec Benjamin Bourigeaud, l’international tricolore s’est blessé (8e). S’il est resté sur la pelouse quelques minutes, l’ex-Amiénois a été contraint de céder sa place à Cheikh Diop, lui-même blessé et remplacé par Lucas Tousart à la pause. Dans le match de l’OL, il y a quand même eu un avant et un après Tanguy…

Memphis Depay, ces deux couacs qui pèsent lourd

Le Néerlandais a deux visages. Ce n’est pas nouveau. Il y a Docteur Memphis, le joueur capable de faire basculer un match sur un coup de génie, et Mister Depay, cet attaquant agaçant et susceptible de manger la feuille de match. Sur OL – Rennes, on a vu le second. A 0-0, quelques instants avant l’ouverture du score rennaise, l’ancien Mancunien s’est retrouvé avec une situation en or, en face à face avec Abdoulaye Diallo. C’est également sur l’une de ses pertes de balle (sur laquelle il ne se bat pas pour récupérer le ballon…) que l’OL a concédé le but de Jordan Siebatcheu. Avec Bertrand Traoré, volontaire mais maladroit dans le dernier geste, Memphis s’affiche en symbole du manque de réalisme lyonnais, puni cash par des Bretons beaucoup plus tueurs (2 frappes cadrées, 2 buts).

Hatem Ben Arfa, Mexer et Abdoulaye Diallo, les véritables bourreaux lyonnais

Pour sa première sur le banc d’une équipe professionnelle, Julien Stephan a réussi son pari de s’imposer à Lyon. Il peut dire merci à Hatem Ben Arfa, auteur d’un éclair de génie sur l’ouverture du score (41e) même s’il aurait pu s’abstenir d’aller chambrer les Bad Gones. L’autre grand Rennais du jour fut sans doute Mexer, auteur d’une intervention déterminante sur Bertrand Traoré à 0-0 (5e) et auteur de plusieurs sauvetages acrobatiques précieux devant les attaquants lyonnais. On notera aussi les quelques interventions d’Abdoulaye Diallo, même si les Lyonnais lui ont le plus souvent tiré dessus.

Alexandre CORBOZ