PSG – OL (0-0, 6-5 tab) : la défense des Gones fin prête pour défier Cristiano Ronaldo ?

true

Face à l’armada offensive du PSG, certes privée de Kylian Mbappé, la défense de l’OL a répondu présente pendant 120 minutes. Rassurant malgré la défaite finale, à une semaine du 8ème de finale retour de la Ligue des Champions face à la Juventus.

Si le secteur offensif de l’OL est souvent au rendez-vous, difficile d’en dire autant de la défense des Gones qui n’a pas envoyé pas de signaux rassurants durant la préparation. Une défense perméable et inconstante, 5 buts encaissés en 6 matchs. De quoi inquiéter à une semaine du 8ème de finale retour de la Ligue des Champions face à la Juventus d’un certain Cristiano Ronaldo.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OL

Cette finale de Coupe de la Ligue face au PSG était un moyen de décrocher une qualification européenne, mais également un véritable test pour la défense de l’Olympique Lyonnais. Si le PSG était privé de Kylian Mbappé blessé, le trident offensif Neymar-Icardi-Di Maria avait de quoi donner des maux de tête à l’arrière-garde lyonnaise composée de Marçal, Marcelo et Denayer.

Test réussi pour la défense des Gones

Ces derniers ont fait preuve d’une solidité à toute épreuve, bien aidés par les retours défensifs de la paire Dubois-Cornet sur les côtés. Si le duo Marcelo-Denayer a parfois pu se faire prendre de vitesse en défense, ils ont su compenser par une bonne complémentarité et un dévouement sans faille, à l’instar du tacle de Rafael en fin de match qui lui a valu un carton rouge, mais qui a permis au sien de disputer une séance de tirs au but méritée, mais à l’issue malheureuse.

Face à l’armada du PSG, la défense de l’OL a donc fait plus que résister. Elle a tenu tête à Neymar & co. De quoi rassurer Rudi Garcia à moins d’une semaine du 8ème de finale retour face à la Juventus. Car après Neymar, la défense des Gones devra se frotter à Cristiano Ronaldo, déterminé à remporter la Coupe aux grandes oreilles avec la Vieille Dame. Une autre paire de manches.

Avec Stéphane Tan, au Stade de France

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014