LOSC – OM (1-2) : ces 3 Olympiens qui ont marqué des points aux yeux de Villas-Boas

true

Si l’OM s’est imposé ce soir à Lille, réalisant un énorme coup dans la course à la Champions League, il le doit avant tout à trois joueurs.

Ce soir, l’Olympique de Marseille a réalisé un très gros coup sur la pelouse du LOSC, prétendant comme lui à la Champions League. Trois joueurs d’André Villas-Boas ont marqué des points, dont deux pour qui on n’y croyait plus.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

Valère Germain

Depuis le début de la saison, à chaque fois qu’il a eu sa chance, le fils de Bruno a déçu. Généreux dans l’effort, précieux sur les coups de pied arrêtés, il est en revanche souvent à contre-temps de ses coéquipiers. D’ailleurs, ce soir, ça n’avait pas mieux démarré pour lui ! Mais à la 67e minute, c’est lui qui croise une tête magnifique que Mandava détourne dans ses filets. Et deux minutes plus tard, c’est encore lui qui centre pour Dario Benedetto au terme d’une superbe action collective. Pas de quoi lui assurer une place de titulaire à l’avenir mais certainement une position de 12e ou 13e qui sera enviable quand Dimitri Payet et Florian Thauvin seront revenus.

Dario Benedetto

En France, comme il faut faire le buzz en permanence, on ne cesse de glousser sur les stats de l’Argentin. Et tant pis s’il joue chez le 2e du championnat, qui serait premier sans le dopage financier, et tant pis si Villas-Boas loue son activité. Mais demain, personne ne viendra critiquer l’ancien de Boca Juniors. Parce qu’à la 69e minute, c’est qui a été là, au premier poteau, pour reprendre le service parfait de Germain et donner l’avantage à l’OM. Un but qui vaut de l’or, qui permet au club de faire un grand pas vers la Champions League. Et qui offre à Dario Benedetto quelques semaines de répit…

Boubacar Kamara

Lui n’est pas un revanchard à la Germain ou à la Benedetto. Lui est titulaire indiscutable aux yeux d’André Villas-Boas. Mais il préfèrerait que ce soit en défense centrale. Seulement, vu ses performances au milieu de terrain, semaine après semaine, il s’évertue à se contredire et à donner raison à son coach. Placement toujours judicieux, impact physique énorme, relance éclairée… Il a tout l’attirail de la parfaite sentinelle. Alors, Boubacar, pourquoi ne pas t’imaginer que tu évolues pointe haute dans une défense centrale à trois ?

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001