OM : Boudjellal, le Qatar… tous ces indices poussant vers une vente

true

L’ancien président du RC Toulon avait assuré qu’après la déclaration d’intention de rachat de l’OM, il y aurait une partie d’audit plus calme. On y est…

C’est la grosse information de la soirée d’hier et elle est venue des réseaux sociaux : alors qu’un supporter lui demandait de liker son tweet s’il était en négociations pour le rachat de l’Olympique de Marseille, Mourad Boudjellal l’a fait et a en plus posté un clip de « Moi je vérifie », interprété par Naza, Aya Nakamura et Dadju. Une façon de dire que, comme il l’avait annoncé il y a quelque temps au cours d’une interview, après la déclaration d’intention vient la période d’audit du club. Qui se fait donc dans le silence.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

Il avait prévenu que ça se passerait ainsi

Force est de constater que, depuis qu’il est sorti du bois pour annoncer son ambition de racheter le club avec d’autres hommes d’affaires, Mourad Boudjellal suit son plan à la lettre. Jacques-Henri Eyraud peut continuer de dire que le club n’est pas à vendre, recruter un « Head of Business », le clan McCourt peut faire croire que l’Américain est attaché à l’OM, tout cela reste les affaires. Comme l’a affirmé le journaliste Romain Molina, l’ancien propriétaire des Dodgers (le club de baseball, pas celui de supporters marseillais) acceptera de vendre l’Olympique de Marseille si une offre de 300 M€ lui parvient.

McCourt a tout à gagner

L’Américain, finalement, a le beau rôle. S’il conserve le club, il le verra évoluer en Champions League, avec un entraîneur reconnu à sa tête et un président qui tente de mettre en place une structure solide tout en essayant d’équilibrer les comptes. S’il le vend, ce sera au prix souhaité et, finalement, il n’aura quasiment pas perdu d’argent dans l’opération. Mieux : il renflouera les caisses de son empire, mis en mal par la crise du Covid-19. Frank McCourt a compris qu’il avait à faire à des gens richissimes et il peut se permettre de fixer un prix de vente très élevé, sûrement plus que la valeur réelle de l’OM. Quoi qu’il arrive, il en sortira gagnant.

Le Qatar vraiment agacé

Enfin, quel meilleur indice de la véracité de l’information que la réaction du Qatar ? La possible arrivée de l’Arabie Saoudite dans le football français fait grincer des dents chez les propriétaires du PSG, en guerre froide avec leur puissant voisin. Ce dernier a décrété un embargo sur le petit Etat et tente de torpiller sa chaîne beIN Sport. Directeur de l’ONG FairSquare Projetcs, Nicholas McGeehan a expliqué au Parisien : « L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont coupé leurs relations diplomatiques avec le Qatar, principalement pour des divergences politiques à propos de leur vision sur la manière dont le Moyen-Orient devrait être gouverné. Il y a aussi un réel antagonisme personnel entre les monarques. Ils ne s’aiment pas. Le football est devenu un terrain de bataille pour exprimer cette rivalité. Le PSG est un joyau de la couronne pour le Qatar et le pays utilise ce club de manière très efficace au niveau politique. La dernière chose qu’il veut, c’est voir leur plus grand club rival racheté par leur plus grand pays rival ».

C’est déjà le deuxième spécialise de cette partie du monde, après Hasni Abidi, professeur au Global Studies Institute de l’université de Genève et spécialiste de l’Arabie Saoudite, qui évoque ce projet de rachat. Comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu…

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001