OM : Christophe Bouchet évoque « la fin de cycle » de Vincent Labrune

L’ancien président de l’Olympique de Marseille, Christophe Bouchet, était l’invité de la radio Europe 1. Pour bien entendu donner son point de vue sur la situation actuelle du club phocéen.

Christophe Bouchet, qui était à la base journaliste, et qui a dirigé l’OM entre 202 et 2004, s’est exprimé quelques minutes seulement. Insistant tout d’abord sur les raisons profondes du malaise. « Ce qui ne va pas, tout d’abord, c’est sur le plan sportif. Il y a eu trop de changements depuis deux ans. L’autre souci, c’est que nous avons avec l’Olympique de Marseille un club avec un actionnaire qui a le pouvoir, mais qui n’est jamais à Marseille. C’est le cas aujourd’hui avec Margarita Louis-Dreyfus et ça l’était également avec Robert Louis-Dreyfus, même si lui avait essayé pendant quelques temps. Cela entraîne un pouvoir bancal et à chaque fois que les résultats ne suivent pas, la brèche s’ouvre. Il faut à mon sens que l’actionnaire soit beaucoup plus présent. Attention, toutefois, et il est important de le préciser, il se passe la même chose au Paris Saint-Germain aujourd’hui. Mais comme les résultats sont là, on n’en parle pas et on ne remet pas en cause la présence de l’actionnaire qui, comme chacun sait, est au Qatar. »

« Effectivement, le cycle semble être terminé »

Lors de son entretien, Christophe Bouchet a également été sondé sur l’avenir de Vincent Labrune. Doit-il oui ou non partir ? « Ce n’est pas à moi d’y répondre. Mais effectivement, le cycle semble terminé. L’OM va finir cette saison à une place inédite. Oui, on est vraiment en fin de cycle. Et, encore une fois, Margarita Louis-Dreyfus doit se poser la question de la bonne structure à mettre en place. »