OM : Eyraud, Boudjellal, rachat...un vendredi de folie en perspective ?
par butfootballclub

OM : Eyraud, Boudjellal, rachat...un vendredi de folie en perspective ?

La rumeur d'un possible rachat de l'OM par Mourad Boudjellal prend de l'ampleur. En attendant, Jacques-Henri Eyraud a d'autres soucis à gérer...

C'est LA rumeur de la matinée. Orchestrée de main de maître par Mourad Boudjellal, l'ancien président du club de rugby de Toulon. En effet, et comme nous vous l'annoncions ce matin, le quotidien Var-Matin annonçait que l'homme d'affaires était prêt à racheter le club phocéen.

Sur les ondes de RMC, depuis, Boudjellal a confirmé avoir déposé un projet de rachat financé avec un partenaire privé. Il a également indiqué qu'il en dirait plus dans la journée à ce sujet. "Je devais reprendre le club de Toulon, cela a trainé. J’avais dit que si j’étais engagé ailleurs. Hier, j’étais sur Paris et je peux vous dire que je suis porteur d’une offre pour le club de l’OM, venant de fonds du Moyen-Orient, étatiques et privés, et qui proviennent du pétrole, de l’eau, de l’énergie, et qui sont portés par un homme d’affaire franco-tunisien dont je ne peux pas donner le nom pour l’instant.

"Je pourrais en devenir le président"

Une banque d’affaire privée est mandatée pour présenter l’offre de rachat à McCourt. Si l’OM est à vendre ? Tout est à vendre. J’ai été approché il y a quelques temps et j’ai donné mon accord sur ce projet. Quand on parle du Moyen-Orient, c’est qu’on a les moyens de nos ambitions, avec un projet très fort autour de l’OM. Je pourrais en devenir le président. L’offre est déposée, cela va dépendre du vendeur, mais on est entré en phase de négociation."

Par ailleurs, et c'est La Provence, qui l'indique, l'ambiance est toute aussi explosive au centre d'entraînement de l'OM pour l'actuel président Jacques-Henri Eyraud. Une dizaine de salariés de Paris-Turf, groupe de presse hippique détenu par Eyraud, s’est postée devant La Commanderie. Le titre mythique est à l'heure actuelle en redressement judiciaire. Ces mêmes salariés ont déployé une banderole sur laquelle est écrit le message : "Jacques-Henri Eyraud escroc". Arrivé quelques minutes auparavant, le patron olympien ne les a pas croisés. Plusieurs joueurs sont en revanche passés devant le groupe.