OM – FC Nantes (1-3) : Rongier, les raisons d’un coup de mou

true

En dedans contre le FC Nantes, son ancien club, ce week-end, Valentin Rongier semble tirer la langue en ce moment, à l’image de l’OM.

Le Phocéen revient ce lundi sur la défaite surprise de l’OM contre le FC Nantes ce week-end en mettant en lumière la prestation de Valentin Rongier. L’ancien capitaine des Canaris n’a pas brillé mais d’après le site spécialisé sur l’OM, cela n’est pas forcément étonnant…

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

« Avec 29 matches joués depuis le début de la saison (26 pour l’OM, 3 pour le FC Nantes), Valentin Rongier fait partie des marathoniens de l’OM avec Bouna Sarr, Morgan Sanson, Steve Mandanda, Jordan Amavi, Bouba Kamara, Duje Caleta-Car ou encore Dimitri Payet, à avoir dépassé les 2 000 minutes de jeu, note Le Phocéen. Des titulaires indiscutables du onze-type de Villas-Boas pour lesquels les occasions de souffler sont rares compte tenu de ses possibilités réduites de rotations. De plus, avec seulement 3 cartons jaunes reçus depuis le début de la saison, l’ancien canari est un des rares Olympiens à ne pas avoir été suspendu. Bref, Rongier cavale sans relâche depuis début août, et l’usure commence logiquement à se faire sentir ».

Rongier rayonne moins et la fatigue peut l’expliquer. D’ailleurs, le milieu lui-même en convient. « Personne ne lâche. C’est un groupe, et sans ça, on ne serait pas ici, vu l’effectif qu’on a et qui est assez court. Maintenant, on va enchaîner un match par semaine, ce qui va nous permettre de souffler un petit peu et d’être un peu plus frais » .

Et au Phocéen de conclure sur une note positive : « Les Olympiens, Rongier en tête, ont trop tiré sur le moteur durant ces deux mois passés sans s’entraîner, alternant les soins et les matches tous les trois jours. Le staff de Villas-Boas s’attelle maintenant à régler les organismes à ce nouveau rythme afin de s’attaquer à la dernière ligne droite, la plus importante. Avec un Valentin Rongier retrouvé ? On est prêt à parier une petite pièce là-dessus, et même plusieurs.. »

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000