OM : la banque mandatée par Ajroudi se dévoile
par Mathias Merlo

OM : la banque mandatée par Ajroudi se dévoile

Pas à vendre, l'OM intéresse toujours Mourad Boudjellal et Mohamed Ajroudi. Le fondateur de Wingate, banque mandatée, apporte des précisions sur le projet.

Aucun jour passe sans une réaction de Mourad Boudjellal ou Mohamed Ajroudi. Les deux hommes sont déterminés à racheter l'OM avec un groupe d'investisseurs. Pour l'heure, le club de la Canebière n'est toujours pas à vendre. L'entourage de McCourt cesse de répéter que l'Américain souhaite conserver son bien. Pourtant, ce projet de rachat porté par l'ex-propriétaire du Rugby Club Toulonnais prend de l'ampleur de jour en jour. Dernièrement, Wingate, une banque d'affaires, a été mandatée pour négocier avec Frank McCourt.

Interrogé par Foot Mercato, Stéphane Cohen, co-fondateur de la société, s'est exprimé à propos de la situation : "On travaille pour Monsieur Ajroudi depuis plus semaines, pour ne pas dire plusieurs mois. Effectivement il nous a demandé de nous occuper de ce projet, qui n'est encore qu'un projet à ce stade ! On a accepté parce que l'OM c'est un club de foot et une entreprise. C'est une entreprise qui a un métier différent des secteurs plus traditionnels comme le BTP par exemple, mais ça reste une entreprise avec ce qu'elle suscite comme passion."

Pour le professionnel, le process de rachat est désormais bien organisé grâce au mandat affecté à sa société : "Ajourdi a cherché en nous mandatant à  structurer un process (...). Quand on décide de communiquer, on communique tous ensemble. Dans tous les mandats que nous avons signés dans le cas de l'OM, il y a cette clause. C'est pour ça que je ne peux vous parler que de Wingate, mais pas de mon mandat. La deuxième chose c'est que le process est structuré et organisé. Ce n'est pas dans la presse qu'on négocie un deal. On communique quand le deal est fait ou qu'on a des éléments majeurs sur lesquels ensemble on veut communiquer. Il nous arrive de communiquer quand le deal n'est pas fermé, mais un acheteur et un vendeur se mettent d'accord pour annoncer par exemple l'entrée en négociations exclusives.

Pourtant, ses deux clients continuent à répondre à toute la presse hexagonale concernant leur projet. Une situation que ne parvient par à expliquer Stéphane Cohen : "En général on ne communique pas sans qu'il y ait des faits majeurs sur lesquels les deux parties se sont mises d'accord. Il y a eu beaucoup d'écrits dans cette affaire. Je ne sais pas comment on en est arrivé là. Mais ce que cherche Monsieur Ajroudi, c'est travailler sereinement, normalement. Il a cherché des compétences, des banquiers d'affaires qui ont des compétences de négociateurs, d'encadrement. C'est ça qu'il est venu chercher chez nous."