OM : la politique va s’inviter dans les négociations McCourt – Ajroudi

true

Candidate du Printemps marseillais, Michèle Rubirola pourrait accepter de vendre le stade Vélodrome à l’Olympique de Marseille.

Après 25 années de règne, Jean-Claude Gaudin a fini par passer la main à la mairie de Marseille. A une candidate écologiste, Michèle Rubirola, que personne ne connaissait. L’ancien pouvoir a fait tout ce qu’il a pu pour conserver la main, notamment un tour de passe-passe ayant conduit la nouvelle maire à être couronnée par un vote du conseil municipal alors qu’elle était arrivée en tête du second tour (38,28% contre 30,75% à Martine Vassal, « fille spirituelle » de Gaudin) ! Mais tout est bien qui finit bien et la voilà assise dans l’un des fauteuils les plus convoités de France, alors même que des dizaines de dossiers sensibles l’attendent, notamment celui de l’OM.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

La mairie toujours très impliquée dans le club

De tout temps, les maires de Marseille ont œuvré pour que le club reste au sommet. C’est allé de subventions municipales très généreuses (pratiques en vigueur partout en France jusque dans les années 80) à la location du stade Vélodrome à des tarifs préférentiels, sans parler d’un Gaston Defferre dont la femme a poussé Bernard Tapie à racheter le club. Quand l’ère de ce dernier s’est terminée par des finances dans le rouge, c’est la mairie qui a volé au secours de l’Olympique de Marseille, lui évitant dépôt de bilan et relégation dans les divisions amateurs. Bref, être maire de la cité phocéenne, c’est être un acteur majeur de la vie du club. Et justement, selon L’Equipe, Michèle Rubirola et son équipe pourraient influer grandement sur le choix de Frank McCourt de vendre l’OM au projet mené par Mohamed Ajroudi.

Le Vélodrome bientôt vendu ?

Pourquoi ? Tout simplement parce que le stade Vélodrome pourrait être vendu au club. Et ça, ça change tout. En effet, la rénovation de l’enceinte réalisée par un partenariat public-privé plombe grandement les finances de la ville. En vendant le Vélodrome, la nouvelle équipe se débarrasserait forcément de la dette et pourrait investir dans de grands projets urbains. Ce faisant, elle changerait bien involontairement la donne à la fois pour McCourt et pour Ajroudi. Car si l’OM devient propriétaire de son stade flambant neuf, l’un des plus beaux du monde, sa valeur va considérablement augmenter. Ses recette potentielles aussi. Frank McCourt sera gagnant quoi qu’il arrive : soit il décide de garder le club et, dans ce cas, ses recettes vont forcément augmenter ; soit il décide de le vendre et il va pouvoir réclamer un chèque beaucoup plus important à Ajroudi. Il lui faut simplement espérer que ce dossier sera une priorité pour Michèle Rubirola.

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001