OM : la star, le pari, le couac… Focus sur l’étonnant Mercato olympique

OM : la star, le pari, le couac... Focus sur l'étonnant Mercato olympique

Pris par l’étreinte du fair-play financier de l’UEFA, l’Olympique de Marseille a appris à se serrer la ceinture cet été. Malgré tout, Andoni Zubizarreta a su amener quelques retouches pour dynamiser l’effectif phocéen. Décryptage.

Tous les mouvements :

Arrivées : A.Gonzalez (Villarreal, p.), Rongier (FC Nantes), Benedetto (Boca Juniors), Mitroglou (Galatasaray, rp.), Khaoui (SM Caen, rp.), Sertic (FC Zürich, rp.), Rocchia (FC Sochaux, rp.).

Montant des achats : 27 M€

Départs : Abdennour (FC Valence, rp.), Hubocan (fc.), Rolando (fc.), Ocampos (FC Séville), Njie (Dynamo Moscou), Balotelli (Brescia, fc.), Rami (Fenerbahçe, fc.), L.Gustavo (Fenerbahçe), Sari (Trabzonspor), Mitroglou (PSV Eindhoven, p.), Rocchia (FC Sochaux, p.), Cagnon (FC Lorient, fc.), Escales (Stade Lavallois, fc.), Ouhafsa (Rodez).

Montant des ventes : 27,25 M€

Balance transferts : +250 000€ (chiffres Transfermarkt.de)

La star du Mercato : Dario Benedetto

Mario Balotelli parti, il fallait prendre des risques et casser sa tirelire pour un attaquant de pointe. L’OM l’a fait en misant sur cet avant-centre argentin. A 29 ans, « Pipa » Benedetto n’avait certes jamais évolué en Europe mais André Villas-Boas était un fan absolu, lui qui l’avait observé au Mexique et adoré lorsqu’il portait les couleurs de Boca Juniors. A la demande du Portugais, « Zubi » s’est donc démené pour le ramener à l’OM, moyennant un chèque de 14 M€ (hors bonus). Malgré des débuts compliqués et un penalty raté à Nantes, Benedetto a montré qu’il réagissait plutôt bien sous pression en marquant face à Nice et Saint-Etienne avant la trêve. Prometteur.

Le pari du Mercato : Alvaro Gonzalez

L’été 2019 marque un gros changement dans la politique de recrutement phocéenne. Après quasiment trois ans à faire confiance à Rudi Garcia et à ses réseaux, l’OM a enfin confié les clés du camion à celui qui aurait dû les avoir dès le début : le directeur sportif Andoni Zubizarreta. C’est grâce aux réseaux du Basque qu’André Villas-Boas a été recruté et c’est lui qui a déniché le défenseur central d’expérience en Liga. Vu comme un « boucher » de l’autre côté des Pyrenées, le joueur prêté par Villarreal marque pour l’instant des points par son engagement sur le pré…

Le couac du Mercato : le dossier du latéral gauche

Dans son interview à « L’Equipe » au lendemain de la signature de Valentin Rongier le 5 septembre, Jacques-Henri Eyraud reconnaissait le problème : « On est un peu courts en expérience à ce poste-là. Mais on n’a pas trouvé les conditions pour permettre un recrutement ». L’OM ne voulait (ni ne pouvait) casser sa tirelire sur ce poste précis. Andoni Zubizarreta a cherché en vain un joueur acceptant le jeu de la concurrence avec Jordan Amavi. Juan Miranda (FC Barcelone) a préféré Schalke04 et les autres ne remplissaient pas toutes les cases. Depuis le départ précipité de Patrice Evra, le dossier du latéral gauche est malheureusement un running-gag qui fait grincer des dents en tribune…

La phrase :

« J’ai l’habitude de dire que la satisfaction d’un mercato on la voit en fin de saison, quand les joueurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes et si la performance est là ou pas. Mais je me réjouis du démarrage des recrues Alvaro et Dario qui ont conquis le Vélodrome, par leur talent, leur qualité, et ce qu’ils dégagent. Avec leur force de caractère, ils sont totalement OM-compatibles. Je ne doute pas que la troisième recrue (Valentin Rongier) le sera aussi »

Jacques-Henri Eyraud, le 4 septembre en conférence de presse.

Le chiffre à retenir : 11

Comme l’a rappelé Jacques-Henri Eyraud quand certains ont toussé du prix de recrutement de Valentin Rongier (13 M€+2 M€ de bonus et des pénalités), le prix moyen des joueurs arrivés à l’OM depuis l’arrivée de Frank McCourt est de 11 M€. Cet été, c’est Dario Benedetto qui détient le record avec 14 M€ dépensés. Très loin des sommes versées à West Ham et l’AS Roma pour Dimitri Payet ou Kevin Strootman…

Note artistique: 10/20

Ne disposant que d’assez peu de moyens et sous la menace du fair-play financier, l’OM a fait le Mercato qu’il a pu, privilégiant la qualité de trois joueurs à la quantité. Si, au niveau de la masse salariale, l’été 2019 est plutôt une réussite avec une baisse estimée à 20 M€/an, ce n’est pas suffisant pour combler l’exigeant public phocéen. L’OM s’est fendu d’un Mercato minimaliste en comblant simplement les besoins « vitaux » pointés par André Villas-Boas. Le « grantatakan » et le défenseur central sont là. Le départ de Luiz Gustavo a été rapidement comblé par Valentin Rongier. Certes, il manque un latéral gauche et éventuellement un ailier mais l’Etat-major s’en accommode, préférant faire avec les moyens du bord (Sakai à gauche en plan B) ou les jeunes (Lihadji aura une carte à jouer avec le « Special Two »).

Alexandre CORBOZ