OM – Mercato : Nicolas N’Koulou, un départ en sursis

L’OM n’a pas trente-six solutions avec son défenseur camerounais : soit il le vend cet hiver pour récupérer une indemnité, soit il le garde jusqu’en juin mais se condamne à le voir partir libre. A priori, la deuxième option tient la corde.

C’est une question devenue récurrente à l’approche de chaque marché des transferts : Nicolas N’Koulou vit-il ses derniers moments à l’Olympique de Marseille ? Jusqu’à présent, le Camerounais n’a pas bougé, faute de proposition en or ou parce que son club le retenait par la manche. Mais ça devrait changer à compter de janvier. Parce qu’il est en fin de contrat mais surtout parce qu’il n’en peut plus du contexte marseillais et de l’irrégularité du club. Déjà, l’été dernier, si Jean-Michel Aulas et Vincent Labrune n’étaient pas en conflit ouvert, N’Koulou serait monté jusqu’à Lyon. L’OL était prêt à offrir 10 M€ pour en faire le patron de son arrière-garde. Une jolie plus-value pour un élément acheté 3,5 M€ à Monaco en 2012. Mais comme Labrune souhaitait conserver un élément fort de son effectif et ne surtout pas renforcer son pire ennemi, l’affaire a capoté.

Plutôt l’Italie que l’Angleterre

Ce qui a plombé le moral de Nicolas N’Koulou, méconnaissable lors des premiers mois. En plus de devoir composer avec un binôme pas à la hauteur (Rekik ou Rolando), le Camerounais semblait clairement ailleurs et cela se ressentait sur les performances défensives de l’équipe. Un coup au moral d’autant plus rédhibitoire pour l’intéressé que les clubs qui le suivaient doivent aujourd’hui se demander s’il s’agit toujours d’une bonne affaire. L’OL, par exemple, reviendra-t-il à l’assaut en juin, quand l’ancien Monégasque sera libre ? Pas sûr. Déjà parce que le poste de défenseur central affiche complet chez les Gones (Umtiti, Bisevac, Rose, Koné, Yanga-Mbiwa, éventuellement Morel et Gonalons), ensuite parce que Jean-Michel Aulas a déjà fait un effort énorme pour recruter un soi-disant tout bon, en l’occurrence Yanga-Mbiwa, catastrophique depuis son arrivée. On le voit donc mal recommencer à investir sur un élément dont les performances ne sont pas à la hauteur…

Si départ il devait y avoir cet hiver, ce serait donc pour l’étranger, et pourquoi pas la Premier League. Norwich, englué pour le moment dans la deuxième partie du classement, souhaiterait s’attacher ses services. Mais même si les “Canaries” peuvent lui offrir un gros salaire, pas sûr que le Camerounais accepte de signer dans un club de ce standing, surtout quand d’autres opportunités s’offrent à lui. En Italie, la Lazio, qui dispute l’Europa League mais connaît un parcours décevant en Serie A, est aussi intéressée. C’est le Corriere dello Sport, l’un des
grands journaux sportifs transalpins, qui l’annonce. Et l’éternel rival de l’AS Roma aurait bien besoin d’une valeur sûre tant sa défense paraît fébrile. Les joueurs de Stefano Pioli ont pris quelques valises cette année, comme par exemple un 0-4 face au Chievo Vérone ou un 0-5 à Naples. Ce dernier est l’autre club italien qui convoiterait Nicolas N’Koulou. Le tacticien Mauricio Sarri, ne serait en effet pas satisfait de sa doublette Raul Albiol-Koulibaly. L’ancien club de Diego Maradona a déjà essayé de recruter le Marseillais du temps de Rafael Benitez mais son offre avait été jugée “ridicule” par l’OM. Mais comme il n’y aura plus d’indemnité à verser à compter de juin…

Encore un cadre qui part gratuitement…

En Espagne, Valence, qui a été reversé en Europa League après avoir terminé 3e de son groupe en Ligue des champions, aurait coché son nom sur ses tablettes. Le club “Ché” a déjà recruté du côté de la Ligue 1 cet été pour acheter le défenseur monégasque Aymen Abdenour en échange 30 millions d’euros. Preuve qu’il a les moyens de ses ambitions mais preuve aussi que le poste de défenseur central est déjà bien fourni.

L’avenir de Nicolas N’Koulou devrait donc se situer de l’autre côté des Alpes mais à partir de juin seulement. En effet, Vincent Labrune et Michel n’auraient aucune intention de se séparer de leur leader défensif, qui a en outre repris du poil de la bête depuis que Basile Boli a été nommé ambassadeur du club. Le héros de la C1 1993 distille des bons conseils au Camerounais, plus impliqué, notamment auprès de ses jeunes coéquipiers. Labrune a conscience qu’il ne récupérera rien sur son joueur (celui-ci n’ayant aucune intention de prolonger, même en échange d’un bon de sortie pour cet été) mais après avoir vu partir gratuitement Gignac, Morel, Fanni et Ayew, il doit se dire qu’il n’est plus à ça près…

Vincent Roussel

Retrouvez cet article dans le dernier numéro de But! Transferts OM, en kiosques ou sur notre boutique.

But! OM Une