OM – MHSC (1-1) : les 5 explications au coup de frein marseillais

OM : effectif, pression … Le discours offensif de Dario Benedetto

Ce samedi après-midi, l’Olympique de Marseille a été accroché dans son Orange Vélodrome par le MHSC (1-1). Explications de cette panne phocéenne.

La blessure d’Alvaro Gonzalez

Première recrue de l’été marseillais, Alvaro Gonzalez a conquis tout le monde sur la Canebière par son attitude et son discours de guerrier. L’Espagnol prêté par Villarreal s’est facilement imposé mais sa blessure, dès la 8e minute suite à un choc avec Steve Mandanda, a été un coup dur dont la défense de l’OM a eu du mal à se remettre.

Les errements défensifs de la 17e minute

Le but de Montpellier a la 17e minute est une succession d’erreurs défensives. Déjà pris en grippe par le Vélodrome, Jordan Amavi n’a pas arrangé son matricule avec son intervention ratée sur Mollet, lequel a pu déborder et centré. Il serait cependant réducteur de ne taper que sur la « gauche pas caviar » de l’OM. En effet, sur le centre, Boubakar Kamara est trop court et Bouna Sarr, surpris de voir le ballon lui arriver dessus n’a pas les réflexes de défenseur pour éviter le CSC. Un but un peu gag quand même qui a traduit la désorganisation défensive des Olympiens.

L’extraordinaire Geronimo Rulli

Certes, l’OM n’a pas perdu mais, contrairement aux deux derniers matches, Dario Benedetto n’a pas porté l’attaque phocéenne vers la victoire. La faute à un autre argentin, Geronimo Rulli. Le portier de Montpellier a sorti plusieurs parades déterminantes devant Maxime Lopez (4e), Valère Germain (8e), Dario Benedetto (36e) ou Dimitri Payet (82e). Il aura fallu attendre la 75e minute et une erreur de Pedro Mendes pour que le gardien du MHSC soit contraint de s’incliner.

Les grandes vendanges face au but

Si on peut saluer la belle prestation de Rulli, il convient aussi de souligner le manque de réalisme des hommes d’André Villas-Boas. Archidominateurs face à des Héraultais venus pour défendre, les Olympiens ont tiré plus de 25 fois au but… Pour seulement cinq petites tentatives cadrées quand le MHSC s’est montré hyperréaliste (2 frappes, 1 cadrées).

Les nerfs qui lâchent

Si on aurait pu rester sur l’image d’un OM à réaction, la fin de partie en queue de poisson a noirci le tableau… Et va causer quelques soucis lors des prochains matches. En effet, dans le money-time, « AVB » a successivement perdu Boubakar Kamara et Dimitri Payet. Les deux joueurs ont été expulsés et pourraient payer cher leur coup de colère. Surtout le Réunionnais venu insulter directement l’arbitre Monsieur Delerue suite à l’exclusion du défenseur.

Arnaud Carond