OM – Montpellier HSC (1-0) : adieux sans fleurs ni couronne pour Rudi Garcia

Vainqueur de Montpellier (1-0), l’OM termine à la 5e place. Mais c’est bien tout ce que l’on retiendra de ce dernier match de Rudi Garcia sur le banc.

En annonçant son départ mercredi en conférence de presse, Rudi Garcia s’est épargné une dernière sortie compliquée au Vélodrome. Mais peut-être qu’au final, l’entraîneur aurait préféré un peu plus de sentiments pour ces adieux. Car, que ce soit en tribunes ou sur le terrain, cette ultime rencontre de la saison a manqué de saveur. Dans les gradins, à l’évocation de son nom, il y a eu quelques sifflets, un peu plus d’applaudissements mais rien de cinglant. Les virages étaient davantage concernés par l’avenir du président, Jacques-Henri Eyraud, qu’ils veulent loin de Marseille.

Sur le terrain, on ne s’attendait pas à un feu d’artifice étant donné qu’en face, c’était Montpellier, équipe défensive s’il en est. Pour sa dernière composition, Garcia a réservé une petite surprise en alignant Lucas Ocampos au poste de latéral gauche. Mais dès la 20e minute, l’Argentin est remonté d’un cran suite à la blessure de Morgan Sanson, remplacé par Tomas Hubocan, dont c’était également les adieux. La première mi-temps fut un festival de passes ratées avec un Florian Thauvin assez peu concerné. Un premier acte sanctionné par les sifflets du Vélodrome.

Ce fut beaucoup mieux après la pause, grâce notamment à l’ouverture du score de Thauvin suite à une déviation de Valère Germain sur corner. Mais il était dit que les tauliers de l’effectif continueraient d’en faire voir de toutes les couleurs à leur entraîneur. A l’heure de jeu, Dimitri Payet fut remplacé par Mario Balotelli, chose que le Réunionnais a très mal pris, son geste d’humeur alors que Garcia tentait de lui donner une accolade n’ayant pas échappé aux caméras. Quant à l’attaquant italien, il a été expulsé à la 87e pour un tacle mal ajusté… après que Garcia lui ait demandé de se replacer !

Au final, cette dernière est bien à l’image de l’OM version Rudi Garcia : une victoire à domicile contre une équipe ne figurant pas (ou plus) dans le Top 5, peu de jeu, peu d’occasions, des tauliers défaillants et un peu de poisse aussi. En effet, après la saison dernière, au terme de laquelle jamais une équipe avec un tel total de points (77) ne s’était pas qualifiée pour la Champions League, cette année, c’est la 5e place qui n’est pas européenne pour la première fois depuis quasiment une décennie.

R.N.