FC Nantes – L’analyse de Charles Guyard : « Metz de requiem »

true

Ce n’est que la deuxième fois, cette saison, que le public de la Beaujoire ne voit aucun filet trembler. La première, c’était mi-août contre l’OM (prochain adversaire du FC Nantes). Cette fois, Metz, un mal-classé, a partagé les points, à l’issue d’un match pauvre. Des Messins qui, du coup, pourraient bien jouer dans la même cour que Nantes au printemps. Inimaginable il y a encore un mois…

Mine de rien, cela faisait plus d’un mois que les Canaris n’avaient pas fini un match sans encaisser de but. Voilà pour la satisfaction de la soirée de ce samedi 15 février. Mais au lendemain de la Saint-Valentin, il aurait sans doute fallu trouver d’autres arguments pour consolider l’amour entre l’équipe de Christian Gourcuff et son public, lequel n’a pas hésité à siffler les Jaune et Vert à la fin du match. Pour Alban Lafont, pas de soucis, le gardien vient d’aligner son dixième clean-sheet de la saison même si, à vrai dire, le portier nantais n’a pas été particulièrement sollicité.

A lire aussi : Tous les articles sur le FC Nantes

Les Canaris commencent à regarder derrière

Surtout, juste devant, il pouvait enfin compter sur une défense digne de ce nom avec le retour de Nicolas Pallois dans l’axe après deux mois sans jouer. Le principal souci, comme souvent, s’est situé une soixantaine de mètres plus haut sur le terrain, dans la finition, devant les cages adverses bien gardées par un Oukidja en grande forme face, notamment, à un Kalifa Coulibaly plein de bonne volonté mais trop emprunté. Et quand ce n’est pas le Malien, on retrouve Moses Simon, Abdoulaye Touré ou encore Andrei Girotto pour tenter de forcer, vainement, le verrou messin qui, même à 10 contre 11 pour les dix dernières minutes, a bien tenu.

La conclusion est simple : le FCN n’a donc pas réussi à prendre le dessus face aux protégés de Vincent Hognon, quasiment barragistes à l’issue de la phase aller quand ceux de Gourcuff monopolisaient le quinté de tête au moment des fêtes de fin d’année. A présent, les Canaris ont glissé au centre du classement, à la merci des poursuivants qui jouent ce dimanche. Ils pourraient même finir le week-end en douzième position si Lyon (face à Strasbourg) et Reims (contre Rennes) avaient la bonne idée de s’imposer. Evidemment, l’inquiétude relative à une éventuelle descente reste nuancée par le fait qu’Amiens, premier relégable, végète quinze longueurs plus bas quand le barragiste (Dijon) est dix points en dessous. Sauf que les prochaines semaines pourraient bien redistribuer les cartes. Ainsi, pendant que le FCN ira à Marseille avant d’accueillir Lille, les Picards, par exemple, iront à Strasbourg avant d’accueillir Metz. Et on a vu, ce samedi face au PSG (4-4), ce qu’un club en servi est capable de faire…

Charles GUYARD, correspondant à Nantes.

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008