FC Nantes : les Canaris déjà usés par Vahid Halilhodzic ?

FC Nantes - Mercato : l'OM a contacté directement Vahid Halilhodzic pour un de ses chouchous

Arrivé plein d’ambitions sur le banc du FC Nantes en octobre 2018, Vahid Halilhodzic ne jouirait plus de la même cote de popularité. Y compris auprès de ses joueurs.

Les bonnes premières impressions laissées par Vahid Halilhodzic lors de sa prise en main de l’effectif du FC Nantes début octobre semblent bien loin. Après 29 journées de Ligue 1, la Maison Jaune pointe toujours dans les bas fonds du classement et doit regarder derrière pour s’assurer d’un maintien qui semble encore loin.

Dimanche, les joueurs du FC Nantes ont ainsi proposé une prestation insipide à Reims (0-1), notamment dans le secteur offensif, ce que le capitaine Valentin Rongier a volontiers reconnu après coup. L’attaque, c’est pourtant le domaine où était le plus attendu Halilhodzic, qui se défendait à son arrivée au club d’être un entraîneur défensif.

Sans inspiration le plus souvent, les Canaris semblent aujourd’hui gagnés par une forme de lassitude de manière plus globale. Le douloureux épisode de la disparition d’Emiliano Sala fin janvier ne peut évidemment pas être dissocié de cet inquiétant état des lieux, mais il ne résumerait pas toute la sinistrose qui plombe le vestiaire du FC Nantes.

Dans son édition du jour, Presse Océan assure ainsi que les arguments de ceux qui optent pour un départ de coach Vahid cet été sont plus nombreux que ceux qui pensent qu’il va repartir pour un tour. Les premiers sont multiples : « Il est fatigué, usé par une saison éprouvante, que ce soit sur le plan sportif mais aussi en dehors; il n’a pas les moyens de ses ambitions; il n’a aucune perspective d’évolution; sa méthode, basée sur la rigueur, plait de moins en moins à ses ouailles qui lui reprochent de ne pas assez lâcher la bride… Usant », peut-on lire dans le quotidien régional ce mardi.

Ces projections du moment pourraient aisément être évacuées par une fin de saison illuminée par la perspective de soulever la Coupe de France au printemps. Encore faudra-t-il franchir l’obstacle PSG dès les demi-finales début avril.

JP