FC Nantes – Mercato : Gaich, Grbic, un dirigeant fait le point sur l’attaquant !

true

Pour la suite du mercato, le FC Nantes veut en priorité attirer un attaquant. Dans Presse-Océan, Philippe Mao, coordinateur sportif, fait le point.

Pour ce mercato estival, le FC Nantes souhaite attirer un nouveau canonnier. Après les arrivées libres de Casteletto (Stade Brestois) et Chirivella (Liverpool), les Canaris ont fait de la venue d’un buteur une priorité. La saison passée, les hommes de Christian Gourcuff étaient trop dépendants des fulgurances de Moses Simon.

A lire aussi : Tous les articles sur le FC Nantes

Dans Presse-Océan, Philippe Mao a abordé le sujet de l’attaquant avec franchise. Ces dernières semaines, les noms d’Adolfo Gaich (San Lorenzo) et Adrian Grbic (Clermont) sont revenus avec instance : « On nous l’a proposé (Gaich). On a regardé. Grbic (Clermont) ? On l’a aussi vu, comme un certain nombre. Ils sont référencés. Mais, on ne s’est pas positionné. Ils ne sont pas dans la short-list. »

Le FC Nantes prêt à miser « autour de 10 millions d’euros » pour son attaquant !

Pour finaliser un bon buteur, le FC Nantes devra mettre le prix. Et dixit Mao, les pensionnaires de la Beaujoire sont prêts à faire un effort conséquent pour satisfaire l’envie de Gourcuff : « Si vous parlez d’un attaquant à 15 M€, ça nécessite qu’on vende quelques joueurs (…). Oui, s’il marque des buts, je pense qu’on pourrait, oui (n.d.l.r : miser environ 10 millions d’euros). Ça peut valoir le coup. Aujourd’hui, vous n’avez plus un seul joueur en-dessous de 7-8 M €. Le Lyonnais Gouiri (20 ans) a signé à Nice pour 7 millions d’euros. Un attaquant de qualité, on est autour des 10 millions, c’est le marché qui veut ça. »

Dans la fin de son propos, le coordinateur sportif du FC Nantes avoue que le club a une grande priorité pour ce poste… sans dévoiler de nom ! : « Oui… (sourire ; n.d.l.r : si Nantes croise les doigts pour finaliser son choix numéro 1). Pour l’instant, pas grand-chose ne bouge. Il ne faut pas le faire trop tard car vous pouvez vous retrouver coincé. On va entrer dans ce moment où il faudra être réactif. C’est sûr, des pistes peuvent se fermer tous les jours. Mais si on ne recrute pas et qu’on ne perd personne, on ne sera pas non plus à la rue. »