Payet KO après seulement 3 minutes de jeu, attaqué par un imbécile avec une bouteille d'eau...
Payet KO après seulement 3 minutes de jeu, attaqué par un imbécile avec une bouteille d'eau...Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

OL - OM : c’était vraiment l’Olympico de la honte

Présent au Groupama Stadium comme lors de tous les matchs de l’OL à domicile, il me fallait revenir sur cet Olympico fiasco. Récit d’une soirée (et de ses interrogations) vécue de l’intérieur dans le froid des tribunes du Groupama Stadium.

Zapping But! Football Club Trophée UNFP : les joueurs du mois

Ce dimanche soir, la Ligue 1 a basculé toujours plus loin dans le ridicule avec le fiasco d’OL - OM, match arrêté dès la 3e minute après que Dimitri Payet a reçu, encore une fois, une bouteille d’eau en provenance du public. Comme il en a le devoir, Rudy Buquet, l’arbitre du match, a pris ses responsabilités en protégeant l’intégrité physique des joueurs marseillais. Derrière, on a nagé dans le grand ridicule. 

Un ridicule de 2 heures, soldé par l’annonce définitive de l’arrêt de la rencontre, peu après 22h40, alors que les supporters avaient déjà largement vidé les tribunes, lassés d’une communication tragi-comique autour des incidents. Un ridicule largement partagé en mondovision où de “farmer League” moquée pour être la pépinière des grands championnats, la Ligue 1 est passée à une “favela League”, zone de non-droit absolu où la question des violences en devenue centrale. Etait-ce l’incident le plus grave et le plus violent de ce début de saison ? Sur l’échelle de la violence sûrement pas. L’incident de trop dans un championnat gangrené ? Malheureusement oui...

De l’indécision nait la véritable honte

Dès le départ, on a d’abord cru que le match ne reprendrait pas alors que les réunions de crise s’enchaînaient dans les couloirs du Groupama Stadium. Puis il y a eu l’espoir d’une reprise du match, annoncé par le speaker, aux alentours de 22 heures… Avant que le couperet ne tombe 40 minutes plus tard. L’OL a tout tenté, en se servant de ses 350 caméras de sécurité pour identifier le lanceur de bouteille - “un non abonné, affilié à aucun groupe” dixit JMA - avant de l’interpeller et de l’envoyer en garde-à-vue mais ça n’a pas suffit à rassurer des Marseillais, annoncés choqués et peu désireux de reprendre la partie après l’agression d’un des leurs. On peut les comprendre. Au niveau de la concentration, il y a quand même mieux pour (re)rentrer dans une rencontre. 

Ce qui est sûr, c’est que le cirque autour du match aurait pu être évité, avec plus de respect pour les 56 000 attendant benoîtement dans le froid du Groupama Stadium. Encore aurait-il fallu plus de courage et un peu moins de politique politicienne de part et d’autres. De courage de la part d’une LFP plus prompte à communiquer pour se défendre d’une Préfecture se dédouanant que pour réagir par le véritable répressif aux incidents de Montpellier et de Nice, les points de départ des graves incidents autour des Marseillais cette saison. En se montrant faible à plusieurs reprises, la Ligue a créé une faille dans laquelle les plus idiots s’engouffrent allègrement, confortés par leur gigantesque connerie. Ce soir, elle n’avait qu’un seul visage mais l’imbécile était malheureusement précis...

Aulas - Buquet, qui dit vrai ? On s’en fout non ?

Le plus grave dans tout ça - en plus de priver 55 999 personnes n’ayant rien fait d’un grand match - est surtout d’avoir été incapable de trancher rapidement pour ne pas faire vivre une “télénovela” aux spectateurs de Prime Vidéo et aux supporters victimes de montagnes russes dans le stade. A qui la faute de cette indécision ridicule ? On a eu droit à des versions divergentes suivant qu’elles émanent d’un camp ou d’un autre. Jean-Michel Aulas assure que l’arbitre - et l’arbitre seul - a pris la décision de reprendre avant de se rétracter. Le principal intéressé Rudy Buquet, assure qu’il n’en a jamais été question. Alors pourquoi cette annonce rapide du speaker ? Tentative de coup de pression de l’OL ? Changement de cap de l’arbitre après avoir rencontré les joueurs de l’OM ou suite à un message venu de plus haut à la LFP ? Dans ce grand jeu de dupes et de communicants, finalement qu’importe …

Ce dont on a la certitude, c’est qu’au niveau des présidents : un a été meilleur que l’autre. Alors que Jean-Michel Aulas s’est un peu ridiculisé sur Prime Vidéo, avant d'adapter son discours pour les médias en conférence de presse, Pablo Longoria a été plus juste avec une communication sans volonté d’en rajouter ou de polémiquer. Comme souvent la Commission de discipline jugera à tête reposée, quand les débats se seront dépassionnés. Avant cela, l’OL sera sans doute amené à vivre quelques huis-clos. Alors qu’on se réjouissait de vivre (enfin) un grand match dans une chaude ambiance au Groupama Stadium depuis l’ère post-Covid, quelle tristesse infinie...

 

Mon Olympico gâché

Présent au Groupama Stadium comme lors de tous les matchs de l’OL à domicile, il me fallait revenir sur cet Olympico fiasco. Récit d’une soirée (et de ses interrogations) vécue de l’intérieur dans le froid des tribunes du Groupama Stadium.