OM – ASSE (2-0) : l’armée mexicaine de Garcia n’a pas fait plier Gasset dans la course à l’Europe

Si l’OM s’est imposé sans coup férir contre l’ASSE dimanche en clôture de la 27e journée de Ligue 1 au Vélodrome (2-0), Jean-Louis Gasset ne panique pas.

Marseille continue à être une terre maudite pour l’ASSE. Encore une fois, les Verts sont en effet repartis bredouille face à l’OM hier au Vélodrome, concédant une défaite logique face à des Marseillais plus mordants (2-0).

Rudi Garcia a tenu à souligner que cette victoire allait au-delà de son seul onze de départ. « On a fait un résultat à quatorze joueurs, pas à onze, a-t-il expliqué après la rencontre. On reste à cinq points de Lyon, après avoir battu le quatrième. On va faire comme on fait ces derniers temps : on va s’occuper du prochain match contre Nice (dimanche prochain). Pour le reste… On sait que si on veut revenir sur des équipes devant nous, il faut faire des séries positives, c’est ce qu’on a fait, ce soir (hier). Balotelli ? Mario a mis un but difficile et s’il ne l’avait pas mis, il y aurait eu penalty. Il venait pourtant de rater un but facile. C’est la force des grands buteurs de ne pas douter. Mario est aussi intelligent et il l’a montré en laissant “Flo” Thauvin tirer le penalty. J’avais un beau banc. Et ceux qui s’y trouvaient n’ont pas perdu 1 % de leur importance dans le groupe. Ils sont tous très, très importants. S’il y a de bons résultats c’est parce qu’ils continuent à pousser leurs équipiers et à élever le niveau de l’équipe en compétition. J’attends ça d’eux. »

De son côté, Jean-Louis Gasset a reconnu la supériorité du soir de l’OM et de son armée mexicaine mais n’a pas lâché la coupe d’Europe pour autant. Loin de là. « C’est une défaite logique, vu notre première période. On a été mangés physiquement et dans le réalisme. On a explosé, et ça c’est plus ennuyeux. Ce qui me dérange, aussi, c’est d’avoir encore pris un but sur un coup de pied arrêté. Cela nous avait déjà coûté la défaite à Lyon (0-1, le 23 novembre 2018), comme à Rennes (0-3, le 10 février). À aucun moment on n’a pu revenir au score pour se donner un espoir, a-t-il glissé aux médias. Ça ne fait pas plaisir de se faire doubler au classement. Mais il reste onze matches, et on recevra six fois, dont Lille dimanche prochain, dans un match qui sera dangereux. Il faut faire le dos rond, travailler et essayer de finir le mieux possible. » 

JP

Rejoignez notre chaîne But! Football Club pour encore plus de contenus sur le monde du ballon rond.