OM – ASSE (2-0) : les quatre enseignements d’un choc où les Marseillais ont maîtrisé les Verts

Dans ce choc de haut de tableau, l’OM a tranquillement pris la mesure d’une formation de l’ASSE plutôt inoffensive pour prendre la 4e place de Ligue 1 (2-0).

Mario Balotelli a la taille patron

La dernière prestation compliquée de Mario Balotelli contre Rennes (1-1) avait remis quelques doutes sur la régularité de l’attaquant italien. Mais finalement, le buteur transalpin confirme à quel point il est une bonne pioche pour l’OM qui semble métamorphosée depuis son arrivée. Dès la 12ème minute, Balotelli a embrasé le Vélodrome avec une reprise de volée magnifique avant une célébration qui n’a pas fini de faire parler. Le numéro 9 marseillais prend un énorme poids sur les épaules depuis son arrivée. Et pour le moment, il assume.

 

Les choix forts de Garcia restent payants

En regardant le banc de touche marseillais, il ne faisait plus de doute que Rudi Garcia a décidé d’affirmer son autorité avec des choix très forts. Strootman, Payet, Rami et Luiz Gustavo tous sur le banc au coup d’envoi, sans compter Radonjic et Clinton Njie. Du lourd mis de côté mais les joueurs marseillais présents sur le terrain ont nettement donné raison à Garcia. On pense notamment à Morgan Sanson qui a donc grillé une belle concurrence au milieu et a tout simplement rayonné avec Maxime Lopez. Boubacar Kamara confirme également à quel point il est déjà le patron de la charnière phocéenne.

Perrin, symbole d’une défense en grande difficulté

C’est une décision particulièrement symbolique prise par Jean-Louis Gasset au retour des vestiaires. Loïc Perrin, capitaine des Verts, a dû céder sa place à Robert Beric. Un choix logique dicté par l’avantage marseillais à combler, mais surtout par les grosses difficultés du mythique défenseur stéphanois. Apparu très en difficulté à plusieurs reprises, Perrin n’a pas non plus trouvé de secours à ses côtés. Subotic a lui aussi beaucoup souffert alors que Debuchy, visiblement emprunté, a offert de la main le penalty du 2-0 à l’OM.

Un secteur offensif bien trop dépendant de Khazri

Wahbi Khazri n’a toujours pas trouvé le chemin des filets en Ligue 1 depuis le dernier affrontement face à l’OM, le 15 janvier dernier, et cela pèse très lourd dans l’attaque des Verts. Car plus encore que le manque de réussite de Khazri, qui n’a pas démérité ce dimanche soir en se montrant très actif, c’est surtout l’incapacité de ses partenaires à prendre le relais qui marque les esprits. Que ce soit Hamouma associé à ses côtés au début du match ou le duo Beric – Diony entré en cours de match, personne ne parvient à peser devant alors que Rémy Cabella a montré une belle activité avant de s’éteindre au fur et à mesure du match. Pas franchement rassurant…

Julien Pédebos