OM, ASSE : Dimitri Payet chambre le PSG et se fait lyncher !
par Bastien Aubert

OM, ASSE : Dimitri Payet chambre le PSG et se fait lyncher !

Dimitri Payet a chambré le PSG après sa défaite en finale de la Ligue des champions. Le milieu de l’OM a-t-il oublié qu’il a failli y signer en 2011 ?

Le PSG comptait une grande partie de la France derrière lui avant la finale de la Ligue des champions dimanche. Ce lundi, le constat est plus compliqué. Après la défaite contre le Bayern Munich à Lisbonne (0-1), ils sont moins nombreux à soutenir le club de la capitale malgré son brillant parcours dans la compétition. Dimitri Payet ne faisait pas partie de ceux qui supportaient le PSG ces derniers jours. Pire, le milieu offensif de l’OM n’a pas manqué l’occasion de chambrer les coéquipiers de Neymar après leur défaite.

Il a ainsi posté un tweet évocateur : une vidéo d'un maillot du PSG, où figure une étoile au-dessus du blason, avant d'enlever le maillot parisien et de montrer celui de l'OM. Une manière de rappeler que l'OM, vainqueur de la C1 en 1993, est toujours le seul club français à avoir remporté la Ligue des champions. Ce à quoi s’attendait moins Payet, c’est un retour de bâton explosif sur Twitter, où plusieurs observateurs n’ont pas oublié son envie de rallier ce même PSG en 2011. A l’époque, il avait même séché l’entraînement à l’ASSE pour rejoindre « son club de cœur. »

Alors à l'ASSE, Payet avait fait grève pour signer au PSG

« Ce tweet est juste hallucinant. Quel culot, quelle mémoire défaillante !! ‘Je veux rejoindre le PSG disait-il’ Il avait même fait grève », rappelle Mohamed Toubache-Ter. « Pour rappel, en 2011, le meneur de jeu de l'OM était prêt à tout pour rejoindre le PSG et avait même refusé de s’entraîner avec Saint-Etienne... Le populisme c'est bien, en abuser ça craint... », renchérit Nabil Djellit de France Football. « Franchement, que les supporters marseillais viennent chambrer, c’est le jeu. Mais un joueur comme Payet, qui a tout fait pour venir à Paris et qui n’a jamais soulevé un trophée de sa carrière, je trouve ça déplacé. C’est mon avis », conclut le journaliste de RMC Sport Alex Jacquin.