OM – Mercato : six idées pour se renforcer cet hiver

Les priorités de l’OM cet hiver sont connues : un attaquant pour faire souffler Batshuayi et un défenseur central pour épauler N’Koulou. Voici six noms qui ont circulé dans les coursives du Vélodrome.

Andy Delort

Il ne serait pas très compliqué de convaincre Andy Delort de rejoindre l’Olympique de Marseille dans le futur : “Je rêve de jouer un jour à Marseille. Je n’ai jamais caché que j’étais fan de l’OM, je suis allé voir beaucoup de matches de l’équipe. C’est à moi de continuer à marquer des buts et de faire le travail sur le terrain”, avait-il déclaré dans les médias après son bon début de saison et notamment son but magnifique au Vélodrome lors de la 1ère journée. Delort, c’est un joueur puissant, aux appuis solides, avec une frappe ravageuse.

Andy est bien à Caen, il ne partira pas cette hiver, je vous l’assure”, nous a affirmé le directeur sportif caennais, Xavier Gravelaine, qui, en outre, entretien des relations tendues avec Vincent Labrune depuis l’été dernier. On comprend le besoin du SMC de conserver son canonnier, qui a marqué 6 fois et délivré 2 passes décisives en 18 matches. Un début de saison bien à l’opposé de l’exercice 2014-15 qu’il a vécu à Wigan. En échec de l’autre côté de la Manche, Delort est revenu plus motivé que jamais et carbure depuis au super. Au point de voir son rêve se réaliser ?

Kévin Mirallas

Le Belge serait un soutien de poids pour son compatriote Michy Batshuayi sur le front de l’attaque marseillaise. En manque de jeu à Everton, l’ancien Stéphanois envisagerait de quitter l’Angleterre dès cet hiver. Il mettrait ainsi fin à plus de trois ans réussis chez les “Toffees”. Arrivé de l’Olympiakos, avec lequel il venait de remporter deux Super League, Mirallas s’était pourtant mis les fans de Goodison Park dans les poches dès ses premiers matches. Comme dans le romain de Frédéric Beigbeder, la belle histoire a duré trois ans. Depuis cet été, elle tend vers la rupture puisque le Belge passe le plus clair de son temps sur le banc.

Une situation qu’il veut faire évoluer histoire d’être certain de participer à l’Euro 2016 avec la Belgique (pour laquelle il a déjà joué 50 fois). Il l’a dit lui-même : “J’espère retrouver ma place de titulaire dans les prochaines semaines à Everton mais si la situation se prolonge, il faudra se poser les bonnes questions en janvier.” L’OM et Monaco seraient prêts à faire venir l’ancien joueur de Lille et Saint-Etienne. Mais l’un comme l’autre n’auraient pas les moyens de verser une indemnité. Si Everton accepte de le prêter, il y a une chance pour que Mirallas retrouver son partenaire Diable Rouge Batshuayi.

Leandro Damiao

Leandro Damiao aurait pu être marseillais dès le mois d’août. Comme l’a révélé le site “Football Leaks”, le club avait bel et bien fait une offre pour l’attaquant brésilien de 26 ans. Une offre mirobolante, d’ailleurs, puisque c’est pas moins de 15 millions d’euros que Vincent Labrune était prêt à mettre sur la table pour cet élément relativement peu connu dans l’Hexagone. Mais les liens du joueur avec le fonds d’investissements Doyen Sport ont fait capoter l’affaire, la France interdisant la tierce propriété. Ce qui n’a pas empêché l’OM de faire affaire avec Doyen Sport pour la vente d’Imbula à Porto ou la venue de Rolando…

Damiao a inscrit cette année 16 buts avec Cruzeiro en 37 matches. Son contrat avec Santos, qui l’avait prêté à “Os Celestes”, arrive à son terme en décembre. “Plusieurs clubs se sont manifestés, a déclaré aux médias brésiliens l’agent du joueur, Vinicius Prates. Ce sont des équipes étrangères mais aussi des équipes brésiliennes dont certaines du Top 4. Nous sommes donc tranquilles quant à la situation de Damiao.” L’OM mettra-t-il le paquet pour un élément qui aspirerait immédiatement à une place de titulaire sur le front de l’attaque ?

Rodrigo de Paul

L’information est venue tout droit de Valence et de son quotidien sportif “Superdeporte” : Marseille ciblerait un jeune argentin, qui traîne ses guêtres du côté de la Liga, Rodrigo De Paul. Ce milieu offensif, qui peut également jouer en tant qu’ailier, vient du Racing Club de Buenos Aires. Il y a souvent démontré ses capacités physiques et son aisance technique, même s’il n’est pas loué pour ses talents de buteur (6 réalisations en plus de 50 matches en Argentine, 2 depuis son arrivée en Espagne en 2014). Mais à seulement 21 ans, De Paul a encore le temps de progresser dans ce domaine.

Pour ce faire, il lui faudrait du temps de jeu, chose que son ancien entraîneur, Nuno Espirito Santo, ne lui accordait pas (seulement quatre matches joués). Mais le Portugais a été limogé début décembre et remplacé par l’Anglais Gary Neville. De Paul aura-t-il sa chance ? En tout cas, sa clause libératoire étant fixée à 40 millions d’euros, Marseille n’aura d’autre choix que de formuler une offre de prêt. Attention toutefois, le Benfica Lisbonne aurait une longueur d’avance dans ce dossier très suivi
(Villarreal et le Milan AC sont également sur le coup).

Arthur Masuaku

Il s’agit là d’une piste secondaire car Arthur Masuaku est latéral gauche. Mais, en cas de non-qualification pour la prochaine Ligue des champions, Benjamin Mendy pourrait être vendu pour renflouer les caisses et il serait bien d’avoir déjà son successeur dans les rangs. Surprise de l’Olympiakos lors de la première partie de saison, le Lillois de naissance explose enfin après des débuts compliqués en France. Ce n’est pas au LOSC mais à Lens (2003-08) puis à Valenciennes (2008-14) que le joueur de 22 ans a fait ses premiers pas en pros. A l’été 2014, VA, en pleine débandade, le vendit pour se sauver financièrement.

L’Oympiakos Le Pirée, plus grand grec où officient Christian Karembeu, renifla la bonne affaire. “L’Olympiakos, ça en a surpris plus d’un, mais moi, je sais pourquoi je suis là. J’ai des objectifs, des ambitions pour ma carrière. Peut-être que certains n’ont pas compris le choix, mais voilà, je pense que c’était le meilleur projet pour moi”, a déclaré le joueur à “Foot Mercato” il y a quelques mois. Puissant, technique, adroit, Masuaku est un joueur complet en devenir. Un successeur crédible à Benjamin Mendy… qui compte toutefois un an de moins !

Rémi Walter

Peu connu, le milieu nancéien de 20 ans est pourtant l’une des figures de proue d’une ASNL bien partie pour retrouver l’élite en mai et de l’équipe de France Espoirs. Son relatif manque de notoriété vient surtout du fait qu’il joue peu en Ligue 2, même si ce problème, qui a failli l’amener à quitter son club formateur l’été dernier (transfert finalement avorté à Nantes) tend à être démenti (10 matches joués en championnat, dont 5 titularisations). Dans une interview à “L’Equipe”, il a expliqué ce décalage entre son statut d’intouchable chez les Bleuets et de remplaçant à Nancy : “En équipe de France, on me demande un rôle complètement différent de ce qu’on me demande en club où on attend que je sois beaucoup plus offensif, d’être plus milieu relayeur, alors que chez les Bleuets, on me demande d’être devant la défense, un peu le libero du milieu de terrain. C’est à moi de m’adapter.

Marseille, qui pourrait miser sur lui comme il l’avait fait auparavant avec Mario Lemina ou Gianelli Imbula, pourrait l’attirer, mais à une condition : “Je n’ai pas envie de partir pour partir. Si je pars, c’était vraiment qu’il y a un intérêt sportif”. En cas de départ de Romao cet hiver, le Nancéien constituerait une solution d’avenir, d’ores et déjà efficace et peu onéreuse.

Vincent Roussel

Retrouvez cet article dans le dernier numéro de But! Transferts OM, en kiosques ou sur notre boutique.

But! OM Une