OM, OL, PSG : le bon, la brute et le truand de la 17e journée de L1

false

Dorénavant, au lendemain de chaque journée de championnat, But ! Football Club mettra en avant trois acteurs de Ligue 1 sur l’air du célèbre western signé Sergio Leone.

Le bon : Dimitri Payet (OM)

Si l’OM tourne aussi bien actuellement (6 victoires consécutives), le Réunionnais – élément central du jeu mis en place par André Villas-Boas – y est pour beaucoup. Buteur en semaine sur la pelouse du SCO Angers (2-0), Payet était au four et au moulin contre Bordeaux (3-1). Auteur du corner de l’égalisation signée Jordan Amavi, le « playmaker » phocéen a retrouvé son meilleur niveau. Tout le jeu passe à nouveau par lui.

La brute : la ligne défensive du Nîmes Olympique

Si du côté des Crocos, on accusera la VAR et Olivier Thual pour l’arbitrage de Nîmes – OL (0-4), les Gardois peuvent aussi s’en prendre à eux-mêmes et à leur défense de nerveux. Certes, Théo Valls ne fait que froler la cuisse de Maxence Caqueret au moment de son exclusion directe (5e). « Heureusement », serait-on tenté de dire vu la semelle de boucher. Mais que dire de l’intervention de Gaëtan Paquiez, exclu trois minutes après son premier carton (41e) pour un tacle non maîtrisé qui emporte la cheville de Rafael.

Le truand : Neymar (PSG)

A Montpellier, le Brésilien a encore tenu à plein son rôle d’intermittent du spectacle. Pendant 75 minutes, « Ney » a provoqué, agacé, joué avec les nerfs des Pailladins et du public. Puis l’ancien Barcelonais a fait exclure Pedro Mendes (2e carton jaune), inscrit le coup-franc de l’égalisation sur cette même action avant de servir Kylian Mbappé pour le 1-2 et d’être à l’impulsion de l’action du 3e but. Un vrai tueur à gages, froid et sanguinaire.

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008