OM : Osimhen, le LOSC et le FC Nantes font cogiter Villas-Boas

true

L’entraîneur de l’OM André Villas-Boas a eu une franche discussion avec Alvaro Gonzalez à la Commanderie. Le FC Nantes, le LOSC et Victor Osimhen l’ont rythmée.

L’OM sera soutenu à Nîmes. Aux Costières pour lancer la 27e journée de L1 (20h45), les hommes d’André Villas-Boas vont s’atteler à gommer leur défaite contre le FC Nantes (1-3) avec 400 supporters dans le parcage visiteurs. Le technicien portugais veut se servir des défaillances affichées devant les Canaris pour rebondir devant les Crocos. 

A lire aussi : Tous les articles sur la Ligue 1

« Au bout du compte, cette défaite face à Nantes est une bonne chose, on sera bien sur l’aspect mental, a-t-il glissé avant de se rendre dans le Gard. On a toujours été réguliers dans notre championnat. Le plus important pour nous est de reprendre une série de victoires. Je l’ai dit au groupe : après le match à Saint-Étienne (2-0), nous étions tous contents d’avoir creusé un écart de 8 à 9 points sur nos pour- suivants. Ce n’est pas quand nous revenons à cet écart que nous devons penser que nous sommes dans la misère, dans la tristesse. »

Discussion entre Villas-Boas, Gonzalez et Carvalho

Pour repartir du bon pied, le groupe olympien a profité des vivats de la foule lors d’un entraînement au Vélodrome ouvert au public. À l’issue de la séance, le coach de l’OM a longuement discuté avec Alvaro sur le terrain. L’échange, qui a tourné autour de sujets variés, a été instructif. « On a parlé de la perte de balle, du contrôle des espaces et de la profondeur, lecture de la ligne, lecture du hors-jeu, ballon avec pression et sans pression, assure AVB dans L’Équipe. Alvaro est un joueur intéressant pour donner des infos, c’est l’homme ‘le plus bas’ de l’équipe, à l’exception du gardien. Ce fut un bel échange, Ricardo (Carvalho, son adjoint) s’est aussi joint à la conversation. On n’a pas seulement parlé du jeu de Nantes, mais aussi de Lille, avec la vélocité d’Osimhen dans la profondeur. On veut s’améliorer sur cela. » 

Bastien Aubert

Journaliste à But! depuis 2013