PSG, OM, LOSC : le bon, la brute et le truand de la 20e journée de L1

true

Au lendemain de chaque journée de championnat, But ! Football Club mettra en avant trois acteurs de Ligue 1 sur l’air du célèbre western signé Sergio Leone.

Le bon : Neymar (PSG)

On a coutume de dire qu’il y a « 4 fantastiques » au Paris Saint-Germain mais dimanche soir, face à l’AS Monaco (3-3), il n’y en avait qu’un seul. Auteur d’un doublé et à l’origine de la frappe qui amène le csc de Fodé Ballo-Touré, le Brésilien a été grandiose, rappelant que, dans un bon jour, c’était lui le leader technique et la véritable star du PSG. Cette saison, « Ney » c’est 12 buts et 6 passes décisives en 14 rencontres toutes compétitions confondues. Les stats parlent vraiment pour lui…

A lire aussi : Tous les articles sur la Ligue 1

La brute : Boubacar Kamara (OM)

« Bouba » a été monstrueux dans l’entrejeu lors de Stade Rennais – OM (0-1), avalant son jeune camarade de l’équipe de France Espoirs Eduardo Camavinga. « Bouba » a également démoli littéralement le milieu rennais d’un attentat seulement sanctionné d’un carton jaune par l’arbitre du match Benoît Millot. « B2O » peut remballer son octogone, il a trouvé plus fort que lui…

Le truand : Christophe Galtier (LOSC)

On aurait pu citer Dimitri Payet pour son carton jaune après avoir eu des mots envers l’arbitre mais le spécialiste de l’intimidation, c’est incontestable le coach lillois, qui a mis un coup de pression à ses joueurs après leur défaite à Dijon (0-1). « On perd contre des équipes de peintres », a-t-il lâché, furieux, dans le vestiaire avant de taper sur ses joueurs en conférence de de presse : « Des joueurs sont dans une zone de confort, comme si ce n’était pas grave de perdre à l’extérieur car on a un prochain match à domicile. Ils iront sur le banc, point à la ligne. Ils se regarderont le nombril sur le banc ou en tribunes ». Dans le milieu, appelez-le Galette la menace.

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008