PSG, OM, OL, ASSE, FC Nantes : le boss de Mediapro désigne les fautifs de son fiasco en France
Jaume Roures (PDG de Mediapro)Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
DROITS TV

PSG, OM, OL, ASSE, FC Nantes : le boss de Mediapro désigne les fautifs de son fiasco en France

Dans un courrier lunaire adressé à ses employés licenciés, Jaume Roures a justifié l'échec de Mediapro France par le manque coopération de Canal+ et beIN Sports. Un peu trop facile, non ?

Zapping But! Football Club Diego Maradona : les stats de la carrière d'El Pibe de Oro

En France, l'aventure Mediapro n'aura duré que quelques mois. Détentrice des droits de Ligue 1 et de Ligue 2, le groupe sino-espagnol a dû se résoudre à rendre l'antenne définitivement le 7 février dernier, faute de moyens financiers pour payer les sommes dûes à la Ligue. Désormais, un plan social est en cours du côté de la chaîne Téléfoot.

Pas un mot sur le plan de financement bancal de Téléfoot

Comme le rapporte L'Equipe, le groupe Mediapro France a amorcé une procédure de licenciement à l'encontre de 90 personnes (dont 5 CDD). Le propriétaire de Mediapro, Jaume Roures, s'est adressé aux salariés évincés au travers d'un courrier... N'hésitant pas à charger la concurrence pour ce fiasco.

« Je ne peux que regretter que cette aventure se termine si brutalement et que même nos efforts de redéploiement des activités de Mediapro en France, en dépit de l'arrêt de la chaîne Téléfoot, aient échoué face aux refus de Canal+ et de beIN de continuer à travailler avec nous pour la production du Championnat de France de Football. En l'absence de toute autre perspective, nous avons dû nous résoudre à revoir complètement le plan de restructuration envisagé qui devrait désormais se traduire par la disparation de quasiment tous les postes et le licenciement de vous tous », a fait savoir Roures, qui n'est plus à une sortie ridicule près visiblement...

Rappelons que le plan économique de Mediapro prévoyait un seuil de rentabilité aux alentours de 4 millions d'abonnés. Un chiffre ridiculement élevé quand, dans le même temps, la chaîne peinait à atteindre les 500 000 suiveurs au tarif prohibitif fixé...