PSG, OM, OL, ASSE, FC Nantes, RC Lens : indemnité, Sarkozy... Le dessous des négociations entre la LFP et Mediapro
Vincent LabruneCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
DROITS TV

PSG, OM, OL, ASSE, FC Nantes, RC Lens : indemnité, Sarkozy... Le dessous des négociations entre la LFP et Mediapro

Ce vendredi matin, L'Equipe nous plonge en immersion dans les discussions au Conseil d'administration de la LFP pour évoquer le règlement du litige avec Mediapro.

Les négociations entre la LFP et Mediapro sont entrées dans une phase finale. D'ici au 18 décembre, la procédure de conciliation, portée par Marc Sénéchal, livrera son verdict. Hier, L'Equipe a révélé que ce dernier était intervenu au Conseil d'Administration de la Ligue pour porter l'offre du diffuseur sino-espagnol. Mediapro accepte d'abandonner son contrat en payant une faible indemnité, inférieure à 50 M€, avec l'assurance de n'être poursuivi ni par la LFP, ni par aucun des fournisseurs d'accès avec lequel il avait trouvé des accords de diffusion.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE LA LIGUE 1

Labrune vise 140 M€ au lieu des 50 M€ proposés

Comme l'a fait savoir le quotidien sur son site internet, la Ligue peut choisir d'accepter l'offre ou d'aller au clash et mettre le diffuseur en liquidation judiciaire. Devant cette situation, le conciliateur a suggéré d'accepter la proposition de Mediapro. En interne, cela fait débat. Vincent Labrune balance entre l'acceptation d'un accord terrible qui lui permet de retrouver sa liberté mais la volonté de durcir le ton. Le nouveau président de la Ligue attend du groupe sino-espagnol qu'il s'acquitte du montant pour les matches diffusés et non payés, à savoir 140 M€.

Al-Khelaïfi souhaiterait aller au clash, Sarkozy en médiateur avec Canal+

Si Jean-Pierre Rivère (OGC Nice) se range du côté de Vincent Labrune pour que la LFP retrouve plus vite la propriété de son produit et puisse remettre les droits sur le marché, d'autres comme Nasser Al-Khelaïfi (PSG) seraient plutôt enclin à aller au clash avec Mediapro. Dans l'attente d'un règlement du litige, Canal+ reste en retrait mais serait prêt à faire une proposition globale aux alentours de 590 M€, plus 100 M€ de bonus liés à une hausse éventuelle du nombre de ses abonnements et la possibilité de faire une avance pour la saison en cours.

Dans les discussions avec la chaîne cryptée, c'est l'ancien président Nicolas Sarkozy qui tient un rôle central, à l'oreille de Vincent Labrune mais également du patron de C+ Vincent Bolloré. Un médiateur bienvenu qui tente aussi de ramener beIN Sports dans le deal.