PSG – Stade Rennais (3-0) : Di Maria soutient Tuchel, Grenier fataliste pour les Bretons
Angel Di Maria avec Moise Kean.Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
REACTIONS A CHAUD

PSG – Stade Rennais (3-0) : Di Maria soutient Tuchel, Grenier fataliste pour les Bretons

A l'issue de PSG – Stade Rennais (3-0), Angel Di Maria et Clément Grenier ont réagi au micro de Canal+. Verbatim de leurs interventions.

Di Maria : « Le coach a toute notre confiance »

Angel Di Maria : « C'est le même PSG qu'en Ligue des Champions. On n'a pas eu de pré-saison. On n'est pas hyper bien physiquement. On essaie de faire le mieux possible mais ce n'est pas facile. On ne peut pas faire comme si de rien n'était, on n'a pas eu le temps de travailler, beaucoup de joueurs ont eu le Covid, ce n'est pas facile...

Le débat sur la position de Marquinhos ? C'est l'entraîneur qui décide. Moi je joue sur le côté gauche mais d'habitude je joue à droite. On essaie de faire le mieux possible et chacun fait ce que l'entraîneur dit. On donne le meilleur de nous-mêmes et on ressort avec la victoire, c'est le plus important.

Les joueurs sont-ils toujours derrière le coach ? Oui, bien sûr, je crois que oui. On a été en finale de la Ligue des Champions. C'est un grand entraîneur. Il a fait le maximum pour nous, on fait le maximum pour lui. Il a toute notre confiance. Il a confiance en nous aussi.

Mes statistiques ? J'en suis très heureux. J'ai toujours dit que le PSG a fait preuve de beaucoup d'affection envers moi, du président, des dirigeants et de tout le monde. Je me sens bien et je fais de mon mieux ici. J'aimerais finir ma carrière en Europe à Paris. Maintenant cela ne dépend pas que de moi, il faut voir ce que le club veut faire ».

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

Grenier : « Il faut gommer ces erreurs-là »

Clément Grenier : « On ne rentre pas dans le match correctement. C'est le genre de rencontres où il faut mettre de l'intensité dès l'entame. On se fait piéger par manque d'expérience, par manque de maturité dans notre jeu. On s'est rattrapé en deuxième mi-temps. On n'a pas réussi à marquer malgré quelques occasions. Je pense à la tête de Steven Nzonzi sur le coup-franc de Benjamin Bourigeaud ou les occases dans le jeu. C'est dommage car on leur donne le premier but et on sait qu'ici c'est surtout pas ce qu'il faut faire.

Les deux 0-3 de suite ? Je pense simplement qu'on a fait cadeau à Paris du premier but et ensuite ils ont eu plus de facilité à jouer. Ces deux défaites sont contre des équipes de très haut niveau. On apprend mais si on veut jouer le haut de tableau il faut gommer ses erreurs-là. On a la trêve pour travailler. Il faut continuer à positiver. Après les défaites, ce n'est pas évident mais on doit travailler, prendre en maturité match après match et éviter les erreurs comme celle-ci ».