Real Madrid – PSG (3-1) : Areola-Rabiot-Cavani…le bon et le moins bon à Santiago-Bernabeu

Le Paris Saint-Germain se déplaçait ce soir sur la pelouse du Real Madrid pour le compte du 8e de finale aller de Ligue des Champions. Résultat, une défaite 3-1.  Voici ce qu’il faut retenir côté parisien.

Un Areola en feu…80 minutes

Il est de bon ton, chez certains consultants, de dénigrer le talent d’Alphonse Areola. Et même, selon Pierre Ménès, de penser que Kevin Trapp lui est supérieur. Areola a pourtant été parfait ce soir, et notamment au cours de la première période. Il s’interpose tout d’abord sur une frappe lointaine de Tony Kroos, remporte son duel face à Cristiano Ronaldo, servi par Marcelo, et se détend, parfaitement, sur une frappe enroulée de Karim Benzema. Et ce juste avant qu’il ne s’incline sur un pénalty, transformé par le Portugais du Real Madrid. Areola a été parfait, démontrant à quel point il méritait la confiance d’Unai Emery. En seconde période, il s’incline sur un ballon détourné sur le genou de Cristiano Ronaldo et sur une frappe de Marcelo, contrée au passage par Marquinhos. Deux buts évitables, bien entendu, mais qu’on ne peut en aucun cas lui imputer.

A lire aussi : Tous les articles sur le PSG

Rabiot au top, Lo Celso en-dessous

Deux joueurs parisiens ont bêtement perdu deux ballons dangereux au cours de la première période. Berchiche et Lo Celso, pour deux occasions immédiates signées Cristiano Ronaldo. Si on ne peut accabler le jeune argentin pour cette faute, on regrette davantage celle dans la surface de réparation sur Tony Kroos juste avant le retour aux vestiaires. Lo Celso a commis une erreur de débutant en touchant l’Allemand. Et a par ailleurs été trop discret dans le jeu, ne montrant guère sa technique habituelle. Au retour des vestiaires, il perd de nouveau un ballon dangereux (51e) et manque de tranchant face à Benzema (54e). On est loin, très loin même, de la prestation d’Adrien Rabiot, une fois encore époustouflant au Bernabeu. Buteur du PSG, le Français a multiplié les récupérations, a su remonter proprement le ballon et offrir, en permanence, des solutions. Rabiot a par ailleurs injustement été averti (64e). Du bon, du très bon Rabiot.

Cavani porté disparu

L’Uruguayen est sorti du terrain à la 65e minute, remplacé par Thomas Meunier. Et on ne peut pas dire que l’entraîneur Unai Emery ait choqué grand monde en prenant cette décision. Cavani n’a pas manqué d’envie, certes. Il a multiplié les appels, mais n’a jamais été trouvé par ses partenaires tout au long de la rencontre. Une bonne initiative sur le but de Rabiot (il laisse passer le ballon pour Neymar), une occasion sur une frappe, à la 39e minute, et c’est tout. Cavani n’a jamais su peser sur le match. N’a jamais pu. On soulignera tout de même qu’à sa sortie du terrain, le PSG tenait le match nul (1-1)…

L.T.

Benjamin Danet

Journaliste et Directeur Général de But!