SC Amiens – PSG (4-4) : Tuchel, Silva, Icardi, Cavani… Ménès lâche quelques critiques

false

Pas transposé par le match du PSG hier à Amiens (4-4), Pierre Ménès a listé ce qui l’a dérangé avant le match face au Borussia Dortmund.

Si le Paris Saint-Germain voulait chasser la négativité avant le choc de Ligue des Champions face au Borussia Dortmund, le club de la Capitale aurait peut-être dû songer à mieux préparer le déplacement à Amiens (4-4) samedi. Depuis ce match, un vent de critiques et de doutes s’abat sur le Champion de France.

A lire aussi : Tous les articles sur le PSG

Tuchel accusé de turn-over mal géré…

Même Pierre Ménès, si prompt à défendre l’institution, a balancé quelques tacles à Thomas Tuchel sur sa gestion : « On savait que Neymar et Mbappé ne seraient pas là et on se doutait un peu que la rencontre à Amiens serait une sorte de « match de préparation » pour le PSG. Mais on ne pouvait pas se douter que Tuchel pousserait le bouchon aussi loin, avec une compo de départ assez hallucinante où on retrouvait notamment Herrera au poste d’arrière droit et l’improbable association entre Icardi et Cavani devant », a-t-il déploré, à peine étonné du fait que le PSG se soit retrouvé mené 3-0 à la 40e minute.

Parmi ses nœuds d’inquiétude, la forme du capitaine Thiago Silva, dont le rendement l’a déçu : « Le Brésilien est loin d’être extraordinaire depuis son retour de blessure et a montré de gros retards à l’allumage ». Idem pour Mauro Icardi et Edinson Cavani : « À côté de son but, l’Argentin n’a pas rassuré mais que dire de la prestation de Cavani ? Mis à part une tête merveilleusement repoussée par Gurtner, le Matador a quasiment tout raté dans ce match et notamment une balle de 5-3 – et de 200e but sous le maillot parisien pour lui – dans les arrêts de jeu qui était pourtant dans ses cordes mais qu’il a expédiée à côté ».

Et de fragiliser Keylor Navas

Pour conclure son plaidoyer, Pierre Ménès a assené un ultime tacle à Thomas Tuchel, qui « n’a pas fait tout ce qu’il fallait pour mettre l’ensemble du groupe en confiance » : « Parce que, quitte à mettre les titulaires au frigo, il aurait fallu le faire aussi avec Navas. Parce que là, le gardien costaricien a encaissé quatre buts. Et ce n’est jamais bon pour la confiance d’un gardien ». 

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008