RC Strasbourg : Djiku écarté à cause d’une promesse non tenue par ses dirigeants ?

true

Remplaçant face à l’OL dimanche, Alexander Djiku a été recadré par Thierry Laurey après la rencontre (1-1). Le coach du RC Strasbourg n’a peut-être pas tout dit.

On se rappellera d’Alexander Djiku à Lyon comme le joueur du RC Strasbourg ayant raté une énorme occasion en toute fin de match (1-1). Au second poteau, l’ancien Caennais a vu un ballon traîner sans pouvoir le catapulter dans les filets d’Anthony Lopes avec sa cuisse. 

A lire aussi : Tous les articles de RC Strasbourg

Techniquement, le geste n’était tout de même pas si facile et ce raté retrace assez mal la prestation de Djiku après son entrée en jeu. Car l’intéressé était remplaçant au coup d’envoi. « Alex a un problème d’acceptation de son rôle, donc on a joué avec des gens qui n’ont pas ce problème », a lâché Thierry Laurey. En réalité, L’Équipe fait savoir que Djiku devait débuter à Décines, mais il a refusé de jouer en sentinelle. Laurey l’a donc sanctionné… avant de le faire entrer devant la défense à un quart d’heure de la fin. 

Djiku veut garder ses repères en défense

Les tensions ne datent pas d’hier entre les deux hommes. Utilisé en sentinelle pour dépanner contre Amiens le 23 novembre (4-0) et laissé à ce poste ensuite, le joueur avait manifesté son envie de rester défenseur. Il avait même obtenu un accord du staff pour ne plus rejouer en 6 en 2020, sauf cas exceptionnel. « Rien n’a changé, estime le quotidien sportif. À bout de patience, il était allé plus loin après Lille le 1er février (1-2) en demandant un entretien à ses dirigeants pour répéter sa volonté d’évoluer en défense, obtenant une promesse, qui n’a pas été tenue. »

« Ça ne peut que flatter, mais je veux que ça reste exceptionnel, s’il y a une flopée de blessés ou de suspendus. Je ne veux pas changer chaque semaine, confiait jeudi Djiku à L’Équipe. Changer du tout au tout, ce n’est pas mon ambition. La polyvalence a certaines limites ; après on va dire que vous perdez un peu des repères. Et ce n’est pas ce que je veux. » 

Bastien Aubert

Journaliste à But! depuis 2013