OM, LOSC, Stade Rennais – Mercato : Diarra justifie le choix Lorient

true

Courtisé par le Stade Rennais, le LOSC et l’OM, Stéphane Diarra (21 ans) a préféré rejoindre Lorient, promu en Ligue 1. Il en explique son choix à RMC.

 

Une des révélations de Ligue 2 évoluera en Ligue 1 la saison prochaine. Arrivée à Lorient, où il s’est engagé jusqu’en 2025, Stéphan Diarra a affolé ce début de mercato et les prétendants à l’instar du Stade Rennais, de l’OM et du LOSC.

L’ailier de poche (1m73), considéré comme le meilleur dribbleur de Ligue 2 la saison passée, a finalement posé ses valises chez les Merlus. Pour son premier entretien depuis sa venue en Bretagne, Stéphane Diarra a justifié son choix auprès de RMC. « J’ai eu Christophe Le Roux, le directeur sportif, et Christophe Pélissier, l’entraîneur, pendant le confinement. Donc très tôt, avant l’ouverture des transferts. Cela a été le premier club à me montrer qu’ils avaient vraiment envie que je signe. Ils m’ont fait comprendre que j’étais une priorité et que le coach Pélissier allait m’aider à progresser et à atteindre mes objectifs. On a ensuite discuter avec mon agent et ma famille. Et on a pris la décision de rejoindre Lorient. Ils m’ont fait comprendre qu’aller à Lorient, c’est montrer que je veux prendre mon temps. C’est un choix de raison, un choix réfléchi. »

Pas rancunier, Diarra garde le meilleur du Stade Rennais

Pour débarquer Diarra du Mans, Lorient s’est acquitté de la somme de 2,5 millions d’euros, plus un éventuel bonnes d’un million d’euro. Pourtant, le franco-ivoirien avait la possibilité de retourner au Stade Rennais, club qu’il a rejoint en juillet 2018.

Mais, heureux d’être à Lorient, Diarra pense uniquement au positif. « Je ne garde que le positif de Rennes. J’ai passé mon bac là-bas, c’est une étape importante de la vie quand même. J’ai ensuite su redescendre en National 1, puis en Ligue 2 pour retrouver la Ligue 1. Cela m’a donné faim de jouer en L1. Redescendre de deux divisions, cela a été difficile à accepter au début, mais j’ai fini par me dire que c’était mon chemin et qu’il fallait que je passe par là pour revenir. Ce qui ne tue pas rend plus fort ! »