ASSE – Analyse : et si l’avenir était enfin au beau fixe ?

true

L’ASSE, qui affronte les Girondins de Bordeaux en amical à 18 heures, montre sur le terrain des choses intéressantes depuis la reprise.

Il y a toujours deux façons d’analyser un match, quel qu’il soit. Le côté froid, qui se limite au seul résultat et qui, comme vous le savez, a confirmé vendredi soir dernier la troisième défaite consécutive des Verts en finale de la Coupe de France. Bastia, Paris deux fois, l’ASSE ne parvient donc pas à s’emparer d’une septième Coupe.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Vient ensuite le contenu de la rencontre, au travers du jeu et des intentions. Les Verts ont indéniablement montré un beau visage, pressés de se tourner vers l’avant et pas vraiment sonnés par l’expulsion de leur capitaine, Loïc Perrin. Ils ont bousculé Paris comme jamais et même si l’équipe de Tuchel ne semblait pas prête physiquement, cela faisait des lustres qu’on avait vu une ASSE aussi déterminée, capable de couper les lignes et de se créer de réelles occasions.

Dans les buts, et c’est sans doute le premier enseignement du week-end dernier, Jessy Moulin a fait taire un grand nombre de détracteurs. Décisif à de nombreuses reprises, précis dans ses sorties et à l’aise au jeu au pied, l’éternel n°2 a montré qu’il avait la stature d’un numéro 1. Comment ne pas s’en féliciter alors que Puel, toujours aussi déterminé, ne compte plus sur Stéphane Ruffier et qu’il passait, lui-aussi, un test vendredi dernier en validant l’option Moulin. Autre évidence, ce dernier ne réalisera pas à chaque match autant de parades. Et tant mieux. Mais Moulin a classé un dossier vendredi, étouffé une inquiétude.

La défense, quant à elle, a confirmé ce que l’on pensait depuis la reprise. Kolo est plus à l’aise au centre que sur l’aile gauche. Et on ne doute pas, ou plus, de son entente avec le phénomène Fofana, auteur d’un match somptueux face au PSG. Moukoudi a effectué une bonne rentrée, Debuchy s’est montré solide et Maçon sera à revoir, lui qui a fait preuve d’engagement (parfois trop) et d’audace. Claude Puel dispose donc de quelques certitudes, l’ultime chantier concernant le poste de latéral gauche. Il reste près d’un mois aux dirigeants pour trouver une ou deux solutions. C’est jouable.

Et lorsqu’on sait que l’ASSE va bientôt pouvoir aligner Adil Aouchiche, on se met à rêver de deux créateurs enfin capables de distiller de bons ballons aux attaquants.

L’éclair de la soirée est, comme vous le savez sans doute, venu de la performance d’Yvan Neyou. Inconnu du grand public, et raillé pour sa provenance (équipe réserve d’un club portugais), le Camerounais a sidéré son monde. Cela demande bien entendu confirmation, mais comment ne pas imaginer Puel s’arracher les cheveux dans les semaines qui viennent avec des choix à faire quant à offrir une place de titulaire à M’Vila, Youssouf, Camara ou Neyou. On se doit également de souligner le début de saison de Boudebouz, qui paraît physiquement beaucoup mieux. A l’aise techniquement, l’ancien montpelliérain montre au peuple Vert des gestes et une envie rarement observées depuis plusieurs mois. Encourageant. Et lorsqu’on sait que l’ASSE va bientôt pouvoir aligner Adil Aouchiche, on se met à rêver de deux créateurs enfin capables de distiller de bons ballons aux attaquants.

C’est d’ailleurs devant que Puel a davantage de quantité que de qualité. Ne nous trompons pas, avec un véritable buteur, les Verts auraient sans doute pu égaliser. Si Bouanga n’a pas eu de réussite en première période (avant de s’éteindre physiquement), si Hamouma n’a pas pesé techniquement comme on l’espérait,  les deux joueurs de couloirs paraissent néanmoins essentiels. Le problème, le vrai, c’est l’attaquant de pointe. Wahbi Khazri, pas vraiment en réussite depuis des mois, redescend beaucoup trop bas afin de chercher le ballon.

Se perd dans des courses au milieu de terrain qui affectent sa lucidité aux abords du but adverse. Qu’on apprécie, ou pas, le Tunisien, force est de reconnaître que Abi et Krasso ne sont pas, à cette heure, de solides concurrents. Le deviendront-ils ? On l’espère. Comme on espère qu’Aouchiche soit pour Khazri le donneur de bons ballons tant attendu. Il ne faudrait vraiment pas grand chose pour que l’ASSE soit cette saison une belle surprise. Elle qui nous a montré tant de choses, vendredi soir, disparues depuis des mois.