ASSE (Débat) : Faut-il craindre pour le maintien de l’ASSE en L1 ?

true

Notre débat de la semaine concerne la série catastrophique de l’ASSE, pire bilan de L1 lors des dix dernières journées derrière Toulouse.

Les Verts peuvent encore tomber plus bas, oui

« J’avoue qu’après la victoire à Monaco en Coupe de France, je ne pensais pas que l’ASSE enchaînerait trois défaites à Metz, contre Marseille et à Montpellier. Il y a eu un léger mieux à la Mosson, il me semble, dans les intentions. On a vu une équipe conquérante, qui a eu des occasions. Mais elle s’est fait cueillir sur la première incursion pailladine et ensuite, Rulli a fait le reste, en ayant à peine plus à s’employer que Mandanda ou Oukidja avant lui, même si le MHSC était en infériorité numérique pendant toute la deuxième mi-temps.

Metz, Dijon et Nîmes sont dans de meilleures spirales

Sur la forme des Verts, il y a de quoi s’inquiéter oui, forcément. Seule la lanterne rouge, Toulouse, a pris moins de points depuis dix journées. Le Téfécé est décroché. Tout laisse à penser qu’il esrt déjà condamné. Et devant, Amiens est dans le trou aussi. Ça s’annonce dur pour les Picards, même s’ils n’ont que 4 points d’avance sur Nîmes, actuel barragiste. Les Verts, eux, comptent 4 points d’avance sur les Crocos, 3 sur Dijon et 1 sur Metz. Le matelas n’est pas confortable. Et la dynamique est bien meilleure, surtout pour Nîmes qui vient d’enchaîner trois victoires. Donc oui, il y a danger. L’ASSE n’est pas à l’abri. Il faudra vite qu’elle se remette à prendre des points. En tout cas, très clairement, ùême si le 6e, Strasbourg, n’est qu’à 8 points, il faut à présent regarder derrière. Et se bouger un peu plus.. le derrière ! »

Laurent HESS

Non quand même

« Certes, la dynamique du moment ne plaide pas en faveur de Claude Puel et de ses ouailles mais de là à sombrer dans la psychose, il y a quand même un vrai gap. Statistiquement, selon les chiffres de l’universitaire Fabien Torre, les Verts n’ont que 12% de chances de finir dans les trois derniers et seulement 3% de chances de finir à l’une des deux dernières places. Pour moi, Toulouse et Amiens, qui comptent respectivement quinze et huit points de retard sur l’ASSE, ne reviendront plus. Bien sûr, Nîmes – qui est barragiste – n’est qu’à quatre points et dans une bien meilleure dynamique mais je pense que le calendrier stéphanois doit leur permettre de finir le travail en prenant 14 points sur les 14 journées restantes.

Même si je n’imagine pas l’équipe de Claude Puel devenir soudainement irrésistible dans son Chaudron, il y a quand même quelques réceptions à portée d’ici à la fin du championnat (Reims, Bordeaux, Strasbourg, Angers, Dijon) et même des déplacements à Toulouse ou à Amiens qui sont autant de finales à six points.

Par ailleurs, je ne crois pas possible qu’avec un tel effectif, même avec des blessés, les Stéphanois se montrent fébriles par manque d’expérience. Oui, le rêve européen est sans doute terminé. Oui, la saison est d’ores et déjà ratée mais un scénario catastrophe paraît quand même difficilement envisageable à ce stade de la saison. Le niveau de la Ligue 1 est bien trop faible pour l’envisager. »

Alexandre CORBOZ

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000