ASSE : Diousse, Bamba et Sablé… les 3 autres grosses erreurs après Diony ? 

Le recrutement de Loïs Diony pour 7,3 M€, d’après les chiffres communiqués par Roland Romeyer, est considéré au sein même de l’ASSE comme « une faute professionnelle. »

« Nous avions des renseignements selon lesquels Diony était caractériel, qu’il n’était pas un bon coéquipier. Et on n’a pas su le mettre dans les meilleures conditions en l’alignant seul en pointe, ce qui n’est pas son meilleur poste », soutient un haut dirigeant de l’ASSE. Diony, dont l’arrivée n’est en rien imputable à Oscar Garcia, qui ne le connaissait même pas et avait émis le souhait de recruter Mariano ou Bojan Krkic, n’est pas la seule erreur de casting du dernier Mercato estival aux yeux des dirigeants stéphanois, ceux-ci considérant qu’Assane Diousse, acheté 5 M€ à Empoli, n’est pas une réussite non plus. « N’importe quel recruteur qui a fait dépenser 12 M€ sur l’achat de deux joueurs comme Diony et Diousse, vu leur rendement, aurait déjà pris la porte », estime notre source.

Magazines, produits spécial Sainté, c’est sur notre boutique et sur ce lien.

David Wantier et Dominique Rocheteau ont survécu à ce Mercato catastrophique, et ils ont repris du crédit avec un Mercato hivernal bien plus abouti, même si Jean-Louis Gasset a joué un rôle majeur dans la plupart des arrivées. Les autres grosses erreurs de gestion commises lors de la première partie de saison concernent Jonathan Bamba et Julien Sablé. Pour Bamba, c’est même plus vieux que ça. Si l’international Espoirs, auteur de 6 buts et 6 passes décisives cette saison, se retrouve libre, c’est parce que le club a oublié de le prolonger avant de le prêter, l’an dernier, à Saint-Trond et à Angers. Résultat : à 99%, le jeune ailier va partir libre, en fin de saison. Un manque à gagner estimé entre 5 et 10 M€, conséquence de la très mauvaise gestion du dossier. Bamba devrait prendre la direction de l’Angleterre où plusieurs clubs lui ont déjà fait des propositions, en particulier West Ham, qui tiendrait la corde. Enfin, concernant Sablé, on peut regretter, et certains regrettent en interne, que Roland Romeyer ait fait appel à lui suite à la démission d’Oscar Garcia, car il était trop inexpérimenté et qu’il n’avait pas ses diplômes. Et plus encore que le président du Directoire ait maintenu Sablé comme n°1 après l’arrivée de Jean-Louis Gasset, l’espace de quelques semaines, avant que Bernard Caiazzo ne pousse pour que l’ancien adjoint de Laurent Blanc prenne les rênes de l’équipe.

Laurent Hess