ASSE – EXCLU Avenir du club, Labrune, futur coach… Les vérités de Bernard Caïazzo

En exclusivité pour But ! Saint-Etienne, le président du conseil de surveillance Bernard Caïazzo explique les enjeux du nouveau cycle dans lequel s’apprête à entrer l’ASSE en se montrant optimiste et ambitieux. Extrait.

But ! Saint-Etienne : Président, quelles évolutions souhaitez-vous mettre en œuvre ?

Bernard CAIAZZO : Roland Romeyer, Dominique Rocheteau et moi sommes en parfaite harmonie sur le sujet. D’abord, nous estimons que l’équipe doit avoir un style plus offensif et plus spectaculaire. D’où la recherche d’un entraîneur capable de développer cette philosophie de jeu. Elle nécessite aussi de posséder des joueurs de talent. L’ASSE doit concentrer ses moyens humains et financiers pour le recrutement de ces joueurs offensifs, et éviter de recruter des pros à des postes où nous possédons déjà des jeunes intéressants dans notre centre. Un Maiga ne vaut-il pas un Dabo ? Et un Nadé un Lacroix ? J’ai vu jouer nos 17 ans contre Monaco, nous aurions pu mener 3-0 après 20 minutes. Il y a de bons joueurs dans un centre qui travaille de mieux en mieux. Par ailleurs, dans sa nécessaire évolution, l’ASSE doit ouvrir la porte à un investisseur minoritaire qui lui permettra de progresser, comme Nice l’a fait. Nous bouclons actuellement les derniers éléments d’un dossier solide afin de trouver d’ici à la fin 2017, je l’espère, le bon partenaire pour nous accompagner. L’ASSE doit aussi gagner en intelligence en observant ce qui se passe en dehors de nos frontières, comme l’ont fait nos cadres du centre de formation en visitant les installations de la Real Sociedad, de l’Espanyol Barcelone ou de Porto. J’ajoute que le club dispose d’une équipe solide et expérimentée en matière de recrutement. Chaque fois que je la sollicite pour une information sur un joueur, elle me répond dans la minute car elle a une vraie bonne connaissance de son domaine.

Vincent Labrune fait-il partie du projet de recrutement ?

Pas plus que Michel Seydoux, qui nous a conseillé amicalement sur le projet de recherche d’investisseurs, ou que vous, Laurent Hess, à qui il m’est arrivé de demander un avis sur un joueur ou sur un coach. Vincent Labrune a répondu à mes questions sur les méthodes de Marcelo Bielsa et sur ses “élèves”, comme Mauricio Pochettino à Tottenham ou Eduardo Berizzo au Celta Vigo. Même des supporters nous donnent parfois de bons conseils. Cela fait d’ailleurs beaucoup de “conseillers secrets” car l’ASSE a la chance de compter des millions de supporters. Alors prétendre que Vincent Labrune est devenu le “conseiller secret” de Saint-Etienne, je préfère en rire. Il jouit d’une très bonne connaissance du football européen, qu’il fait partager à un grand nombre de présidents de clubs amis. Ça s’arrête là. Qu’on le veuille ou non, c’est bel et bien lui qui a trouvé Bielsa pour entraîner l’OM ! Donc obtenir des renseignements auprès de lui ne me paraît pas inutile. Par exemple, samedi dernier je parlais avec Jean-Louis Triaud (ndlr : ex-Girondins de Bordeaux) sur des profils de coachs qu’il connaît mieux que nous et, la veille, c’était avec Vadim Vassiliev (AS Monaco) :  sur ce sujet, il ne se passe pas une journée sans que nous discutions avec un connaisseur extérieur au club, que ce soit un journaliste ou un dirigeant.

Où en êtes-vous de votre recherche d’un nouveau coach ?

On veut trouver un meilleur coach que Christophe Galtier ou au moins de niveau équivalent, avec une philosophie de  jeu moderne et une bonne expérience. Nous ne pouvons pas nous permettre de viser un autre profil vu nos enjeux. Nous avons besoin d’un coach de haut niveau, qui soit aussi un manager capable de gérer un groupe de joueurs avec efficacité et autorité. C’est Roland qui prendra la décision finale mais nous entretenons une telle relation d’amitié, de confiance et de complicité que nous tomberons d’accord. Ivan Curkovic a prédit que tant que nous resterons unis, tous les deux, l’ASSE demeurera au plus haut niveau. Il a raison car nous sommes très complémentaires. L’autre jour, nous discutions ensemble du profil du futur entraîneur de Saint-Etienne : Roland me parlait de son intérêt pour un coach étranger et moi j’évoquais les qualités d’un coach français. On s’est mis à rire tous les deux car on prétend, dans les médias, qu’il préfèrerait embaucher un Français alors que moi je militerais pour un étranger ! Une chose est sûre : le club doit attirer à lui un coach de niveau supérieur. Si je vous donnais la liste de la plupart des coaches qui nous ont contactés, vous seriez surpris du niveau d’excellence. L’ASSE intéresse de grands techniciens européens, je ne peux que m’en réjouir.

Laurent HESS, correspondant à Saint-Etienne.

L’intégralité de l’interview de Bernard Caïazzo est disponible dans But! Saint-Etienne, en kiosques ce mardi.