ASSE – Exclu BUT : Christian Synaeghel : « Comme entraîneur, Herbin était au top »
par butfootballclub

ASSE – Exclu BUT : Christian Synaeghel : « Comme entraîneur, Herbin était au top »

L'ancien milieu des Verts Christian Synaeghel (69 ans) avait connu Robert Herbin comme joueur puis comme entraîneur. Confidences.

But : Christian, comment avez-vous appris le décès de Robert Herbin ?

Christian SYNAEGHEL : Je l'ai appris le soir même, je regardais BFM. C'est triste. Mais on s'y attendait un peu. On savait qu'il était mal. Jean-Michel Larqué m'avait envoyé un SMS une semaine plus tôt pour nous dire qu'ils avait de gros soucis cardiaques.

Quels souvenirs garderez-vous de lui ?

Il y en a beaucoup. Je l'ai connu comme joueur, puis comme entraîneur. On a vécu tant de choses ensemble. Jusqu'ici, les « anciens », on a été plutôt épargnés. Il n'y avait que Dugalic qui était parti. Mais Robby était un peu plus vieux que nous. Ce qui m'attriste le plus, c'est qu'il n'aura pas droit à l'hommage qu'il mérite à cause de la situation sanitaire, comme Michel Hidalgo. Ce sont deux personnages pour qui j'ai toujours eu beaucoup de respect, deux des plus grands entraîneurs du football français.

 

Vous vous souvenez de votre première rencontre avec Robert Herbin ?

Je me souviens des matches que j'ai joué avec lui. Je suis arrivé en 1969. Cela faisait un petit moment déjà qu'il était à Saint-Etienne. C'était un très bon joueur. On a dû jouer trois ou quatre matches ensemble. Ensuite, il a pris la relève d'Albert Batteux. Quand il est devenu coach, il a pris un peu de distance avec les joueurs qu'il avait côtoyés. Il a mis une barrière.

« Avant nous, il y avait eu de très bonnes équipes avec de grands joueurs : Mekhloufi, Keita, Bereta, Carnus, Bosquier, Mitoraj. Herbin a pris le bon wagon en intégrant une bonne génération de jeunes joueurs et il nous a fait travailler comme il fallait. »

Quel type de coach était-il ?

Comme entraîneur, il était au top à l'époque. On s'entraînait beaucoup. Physiquement, on travaillait dur. Tous les mercredis, il y avait une séance très intense. On était en avance sur les autres.

C'est sur ses bases qu'il a construit l'équipe de 76 ?

Oui. Mais avant nous, il y avait eu de très bonnes équipes avec de grands joueurs : Mekhloufi, Keita, Bereta, Carnus, Bosquier, Mitoraj. Herbin a pris le bon wagon en intégrant une bonne génération de jeunes joueurs et il nous a fait travailler comme il fallait.

Vous pouvez commander un numéro, ou vous abonner : c'est ici.

Tout est indiqué sur notre boutique But!