ASSE, Girondins – Mercato : Quels Verts pourraient vraiment rejoindre Gasset à Bordeaux ?
par Laurent HESS

ASSE, Girondins – Mercato : Quels Verts pourraient vraiment rejoindre Gasset à Bordeaux ?

Nommé coach des Girondins de Bordeaux la semaine passée, Jean-Louis Gasset jouit toujours d'une grosse cote chez les cadres déchus de l'ASSE. L'occasion d'ouvrir une passerelle aérienne entre les deux clubs ? Analyse au cas par cas.

La rumeur est arrivée plus vite que le nomination du tandem Gasset – Printant en lieu et place de Paulo Sousa. Plusieurs joueurs de l'AS Saint-Etienne, poussés vers la sortie par Claude Puel, auraient appelé leur ancien coach pour s'enquérir de la situation et prendre le pouls d'un possible transfert en Gironde. S'il y a bien eu des échanges de coups de fil et de SMS entre Jean-Louis Gasset et certains Verts, c'était d'abord pour féliciter le Montpelliérain de son retour aux affaires, un peu plus d'un an après sa retraite stéphanoise. Mais, à y regarder de plus près, peut-il y avoir quelque chose de plus concret entre les M'Vila, Ruffier, Khazri, Boudebouz et consorts et les Girondins de Bordeaux ? Cela paraît quand même difficile...

Stéphane Ruffier (gardien, 33 ans)

Fin de contrat : 2021

Chances que cela se produise : moins de 10%

Les plus :

Sur le papier, le tableau commençait à se dessiner. D'abord le tandem Jean-Louis Gasset – Ghislain Printant, puis l'entraîneur spécifique préféré de Ruffier Fabrice Grange, venu pour remplacer Paulo Grilo. Le Bayonnais porte le nouveau coach de Bordeaux en très haute estime et la réciproque est vraie. Il serait également très heureux de retravailler avec Grange, qu'il voit comme « un ami », et la réciproque est vraie. Mais le lien entre Ruffier et Bordeaux s'arrête à ce raccourci.

Les moins :

Il n'a jamais été question que Stéphane Ruffier, en fin de contrat dans le Forez en juin 2021, ne quitte l'ASSE. Il a refusé toutes les options qui se sont offertes à lui. L'international tricolore veut honorer son contrat à terme et il ne fera aucun cadeau aux Verts en partant ailleurs. Son plan ? Aller au bout de son contrat et prendre sa retraite, surtout pas partir sur un nouveau projet. Pour ne rien arranger, la place est déjà prise à Bordeaux … Et c'est un poids lourd de Ligue 1 qui la tient. S'il a pu être décontenancé par les derniers évènements aux Girondins, Benoît Costil (33 ans) demeure le capitaine aquitain et il n'a pas prévu de partir cet été alors que son contrat le lie à Bordeaux jusqu'en juin 2022. Une piste à oublier.

 

Yann M'Vila (milieu, 30 ans)

Fin de contrat : 2022

Chances que cela se produise : 10%

Les plus :

Entre Jean-Louis Gasset et Yann M'Vila, c'est presque une relation « père-fils » qui s'est créée. S'il est revenu du Rubin Kazan et a accepté de baisser son salaire, le milieu de terrain l'a fait pour l'actuel coach de Bordeaux. Un coach qu'il a connu en équipe de France et avec lequel il a noué des liens forts. Yann M'Vila s'était aussi mouillé à l'ASSE pour Ghislain Printant et ça, personne ne l'a oublié. On le lui a même reproché quand l'ancien adjoint a fait flop. Sur le papier, la connexion est plus qu'évidente.

Les moins :

Dans les faits, cela s'annonce quand même très compliqué. Lié à l'ASSE jusqu'en juin 2022, Yann M'Vila n'a aucune raison de baisser à nouveau son salaire pour partir. Claude Puel lui promet moins de temps de jeu ? Sa polyvalence devrait lui permettre de tirer son épingle du jeu. Aujourd'hui, Bordeaux n'a ni les moyens de payer un transfert ni les moyens d'offrir à l'Amiénois le même salaire que dans le Forez. Par ailleurs, les Girondins sont pourvus à son poste avec le tandem Otavio – Basic et l'arrivée l'hiver dernier de l'espagnol Ruben Pardo. La priorité n'irait pas à une recrue à ce poste même si Paulo Sousa la réclamait.

 

Wahbi Khazri (attaquant, 29 ans)

Fin de contrat : 2022

Chances que cela se produise : 10%

Les plus :

Sa meilleure période à l'AS Saint-Etienne, Wahbi Khazri l'a vécu sous Jean-Louis Gasset. Un coach qui a su appuyer sa confiance, lui donner le rôle de leader dont il avait besoin et le convaincre de se détourner du projet rennais pour le Forez. Ses premières difficultés, l'Ajaccien de naissance les a connu quand les premières rumeurs d'un départ de Gasset sont apparues. Autre point jouant en faveur de Khazri : il connait bien Bordeaux et son contexte particulier, lui qui a disputé 64 matches avec le club au scapulaire (15 buts, 15 passes décisives) entre 2014 et janvier 2016. Un atout pour favoriser une adaptation rapide.

Les moins :

Mais, comme pour Yann M'Vila, il se pose avec le Tunisien un problème de prix et de salaire. Lui aussi n'a aucune raison valable de baisser ses prétentions alors qu'il a encore deux ans garantis dans le Forez. Pour faire signer Khazri, il faudrait consentir à un investissement de plusieurs millions d'euros et payer un salaire approchant les 300 000€ brut par mois. Plus que Laurent Koscielny. Par ailleurs, si Bordeaux a effectivement besoin d'un buteur, c'est plutôt vers un neuf efficace que le choix se porterait... Et non un « faux 9 » qui sort d'une saison ratée. Le joueur pourrait se diriger vers la Turquie (Trabzonspor).

 

Ryad Boudebouz (milieu offensif, 30 ans)

Fin de contrat : 2022

Chances que cela se produise : 15%

Les plus :

S'il n'a jamais eu Jean-Louis Gasset comme coach, l'Algérien est très proche de son adjoint et ami Ghislain Printant. C'est d'ailleurs lui qui avait fait des pieds et des mains pour le ramener à Saint-Etienne quand Rémy Cabella avait reçu l'offre de Krasnodar. Printant est à l'oreille de Gasset pour lui glisser quelques idées et l'idée de ramener Boudebouz lui a surement effleuré l'esprit. Surtout que, contrairement à Khazri ou M'Vila, il dispose d'un salaire (190 000€ brut par mois) qui peut éventuellement rentrer dans la grille bordelaise (Koscielny émarge à 240 000€ brut par mois).

Les moins :

Pour 190 000€ par mois et un transfert avoisinant les 3-4 M€, il faudrait non seulement que Bordeaux réalise de très grosses ventes et dégage de la masse salariale … Mais également que le joueur ciblé soit un crack. Oui, Ryad Boudebouz sort d'une belle préparation (3 buts) et est dans une forme ascendante mais le fait est le Fennec sort de deux saisons très compliquées au Bétis puis à l'ASSE. Il s'agit d'un pari à risques et cela a déjà coûté cher à Ghislain Printant l'an passé. De plus, les Girondins n'ont pas besoin d'un meneur de jeu.

 

Romain Hamouma (ailier, 33 ans)

Fin de contrat : 2021

Chances que cela se produise : 40%

Les plus :

Durant leur aventure commune dans le Forez, Romain Hamouma a beaucoup apprécié de travailler à Jean-Louis Gasset. Il n'a jamais rompu le lien avec son ancien coach et l'intéressé ne serait pas forcément contre l'idée de le rejoindre sous certaines conditions. Sous contrat dans le Forez pour encore un an mais sans qu'aucune discussions autour d'une prolongation ne soit amorcée, l'ancien Caennais peut se laisser tenter par un contrat de deux ou trois saisons ailleurs... Encore plus dans un club où il aurait des garanties de temps de jeu. Parmi ses avantages : son salaire peu élevé (80 000€ brut par mois hors primes) et la possibilité pour lui de négocier sa sortie à un tarif symbolique pour services rendus.

Les moins :

Contrairement aux quatre autres, Romain Hamouma n'est pas indésirable. Son salaire n'est pas un poids aux finances ligériennes et Claude Puel continue de le tenir en haute estime malgré ses soucis récurrents au mollet. Par ailleurs, le natif de Lure espère une reconversion à l'ASSE dès lors qu'il aura raccroché les crampons et un départ aujourd'hui à Bordeaux pourrait être un frein à ce projet d'après-carrière. Il faudra aussi voir si Bordeaux aura besoin d'un ailier. Sur le départ, François Kamano et Samuel Kalu sont toujours là. Rémi Oudin est arrivé l'hiver dernier, Nicolas De Préville et Jimmy Briand peuvent dépanner sur les ailes et il ne faudrait pas non plus freiner l'éclosion du prometteur Mehdi Zekrane (21 ans).

Alexandre CORBOZ