ASSE : Kévin Monnet-Paquet veut que les Verts décrètent l’union sacrée

Kévin Monnet-Paquet le reconnait : les Verts ont failli mentalement contre Dijon (3-6). Il en appelle à plus de cohésion.

But : Kévin, comment expliquez-vous cette défaite contre Dijon ?

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Kévin MONNET-PAQUET : C’est plus qu’une défaite ou un coup d’arrêt, c’est une déroute ! On n’a pas affiché le mental et l’exigence que la Coupe de France nécessite, et on s’est fait punir.

Peut-on parler de faute professionnelle ?

Non. On n’a pas pris le match par le bon bout et après, tout s’est enchaîné… Tous les joueurs n’étaient pas au même niveau mental. On a pris 6 buts à domicile. On a honte. C’est un moment difficile de la saison. Mais on a assez de bons joueurs, de joueurs d’expérience, pour que ça ne parte pas dans tous les sens.

« On doit se poser les bonnes questions et rester solidaires, unis. Il faut se remettre au travail. On a encore de gros matches qui arrivent. »

Vous pensez que le derby était encore dans les têtes ?

Non, je ne crois pas. Comme je l’ai dit, je pense surtout qu’on n’a pas eu le mental nécessaire. On a réagi sur la fin. On a marqué des buts. Mais on partait de trop loin pour revenir au score. C’est un objectif qui s’envole.

Vous vous êtes parlé dans le vestiaire ?

Bien sûr. On est conscients de ne pas avoir fait ce qu’il fallait. C’est une grosse désillusion. Maintenant, ça ne sert à rien de trop ressasser. C’est passé. Il faut regarder devant. On doit se poser les bonnes questions et rester solidaires, unis. Il faut se remettre au travail. On a encore de gros matches qui arrivent.

Le report du match à Nantes est-il une bonne chose ?

Je ne sais pas si c’est bien ou non. Mais je m’attends à un gros match là-bas.

Il ne vous reste plus que le championnat…

Oui. A nous de finir le plus haut possible. La saison est encore longue. Il reste 17 matches. On aura besoin de tout le monde. Il ne faut pas lâcher.

Laurent HESS

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000